Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/01/2008

Indépendantistes

France à la fin du Xème siècle. 8e5c81dd974b0f0ebeb550287685ad23.jpgEn bleu le domaine royal.
Attentats. La Justice de l’État jugée défaillante

Fin 1999, puis début 2000, la police judiciaire de Rennes procédait à deux vastes coups de filet dans les milieux indépendantistes bretons, après une série d’attentats. Cinq des quinze personnes placées en garde à vue, à l’époque, avaient déposé plainte contre l’État. Elles viennent d’obtenir la condamnation de celui-ci pour dysfonctionnement de la justice. La cour d’appel de Rennes estime, en effet, que les cinq personnes interpellées ont été maintenues en garde à vue au-delà « du temps nécessaire à leur déposition » dans la mesure où, aujourd’hui encore, le parquet antiterroriste de Paris n’apporte aucune preuve d’un quelconque lien entre ces personnes et la série d’attentats. La cour note, également, que les cinq gardés à vue n’ont jamais réellement eu
connaissance des raisons pour lesquelles ils avaient été arrêtés. En réparation de ces dysfonctionnements, l’État se voit condamner à des sommes allant de 1.500 € à 4.000 €. L’un d’eux obtient 2.200 €
supplémentaires pour les objets saisis à son domicile, en particulier son ordinateur, et jamais restitués. 

En savoir plus sur les mouvements indépendantistes dans le monde: http://www.geocities.com/domcournoyer/monde.html

21/01/2008

Histoire de la Bretagne

d2df2995cf1f8a89e996c4adc198f3b0.png Jevous soumets la question que me pose  un de

mes cousins qui participe à des recherches sur le sujet.
Si vous avez des éléments de réponse ils seront les bienvenus.
-       Est-ce que, dans l'histoire de la Bretagne, - avant son rattachement au royaume de France - on peut retrouver des traces de tentatives (ou de réussite effective) de colonisations ? (Pour des raisons commerciales, politiques, ou autres.) ;  sous des formes d'implantations de comptoirs ou par des emprises territoriales plus vastes...
-       Et alors, ne pourrait-on établir un parallèle avec le Portugal dont l'expansion a permis surtout (outre les diverses richesses apportées) le développement  d'une langue peut-être vouée à une extinction connue par d'autres cultures?
-        Est-il donc déraisonnable de penser que nous avons laissé à d'autres (Par manque de lucidité? Par manque d'opportunisme? du fait d'influences multiples?...)  le « soin » de répandre, sur tout le Nouveau Monde, un langage qui n'est pas aussi beau ni aussi délicatement imagé et coloré  que celui qui se meurt actuellement dans les  "chaumières" de notre Bretagne Occidentale!
Sujet de réflexion, peut-être non pertinent?  Ou complexe?  Ou inutile? Et qui frise la rêverie nostalgique?...
Comparer Bretagne et Portugal?  Si leur potentiel, quant à leur situation maritime et géographique, est proche, leur histoire est, par ailleurs, tellement différente!
Mais que serait-il advenu de la Bretagne, si elle était restée indépendante ? N’avait-elle pas une flotte nombreuse, des marins, un réseau commercial tout comme le Portugal ? Le centralisme français n’a-t-il pas coupé les ailes de nos navigateurs et détruit les voiles de nos bateaux ?
        

16/01/2008

Le sort de la Belgique entre les mains de l'Octopus

Le sort de la Belgique entre les mains de l'Octopus
b1cd9b14fbaf918baf7639de1c875c9b.jpg
Yves Leterme, 15 janvier 2008
AFP
Huit partis flamands et francophones réunis autour d'une table pour réfléchir à l'avenir de la Belgique : le groupe Octopus débute ses travaux ce 15 janvier sous la houlette d'Yves Leterme, le chrétien-démocrate flamand vainqueur des élections législatives du 10 juin dernier qui n'a toujours pas réussi à former un gouvernement, et du libéral francophone Didier Reynders. Mais que peut-on attendre de ces discussions qui doivent dessiner une réfome des institutions avant le 23 mars, date à laquelle le Premier ministre intérimaire Guy Verhofstadt doit laisser sa place à Yves Leterme ?

Ce sont les "négociations de la dernière chance", estime le quotidien flamand De Morgen, "mais même cette notion n'a pas vraiment l'air de rapprocher les esprits". "Aucun des négociateurs n'essaie en ce moment de trouver une méthode pour réaliser en soixante-neuf jours ce qui n'a pas pu être fait durant le semestre passé. L'animosité réciproque de presque tout le monde contre tout le monde, les méfiances et les rancunes réciproques éclaboussent presque tous sans pitié."

Certes, répond La Libre Belgique. Mais "deux éléments récents permettent d'afficher un certain optimisme". Pour le quotidien francophone, "les Flamands semblent avoir compris qu'ils ne pourront pas imposer leur grande réforme de l'Etat sans tenir compte des positions francophones. Et les francophones ont accepté le principe d'une réforme, conscients que la stratégie du 'non' absolu ne ferait qu'attiser les velléités séparatistes. Il y a donc des raisons d'espérer des débats sereins et constructifs, même si l'on sait qu'en Belgique la dramatisation fait toujours partie de la liturgie politique."