Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

05/04/2008

Les francophones bannis des aires de jeux d’une ville flamande

samedi 29 mars 2008

Commune verdoyante et privée de charme, Liedekerke, près de Bruxelles, est le théâtre d’un nouveau conflit entre Flamands et francophones. Sur sa vaste aire de jeux, il y a peu d’enfants en ce jour gris et pluvieux. Et il y en aura, bientôt, encore moins : la municipalité a décidé que les 6-12 ans qui ne parlent pas le néerlandais en seront bannis.

« Raison de sécurité », invoque la mairie, détenue par le parti chrétien-démocrate, le CD & V du premier ministre Yves Leterme. Le bourgmestre Luc Wynant a évoqué, mardi 25 mars, la difficulté de gérer des « bandes » d’enfants. Lapsus ? « Ne cherchez pas la petite bête... », ricane une employée municipale qui tente, en vain, de trouver un responsable pour commenter la décision.

Officiellement, l’interdiction a été décidée après un constat effectué à l’été 2007 : sur les 120 enfants présents, 20 ne comprenaient pas les moniteurs. « Cela crée des problèmes et peut s’avérer dangereux », a affirmé Dorette Heymans, adjointe au maire.

Des problèmes ? On n’en a pourtant jamais connu de graves à Liedekerke. Les responsables de l’aire de jeux parlent dès lors d’une mesure préventive et soulignent que certains parents se sont d’ailleurs déjà vu « conseiller » d’aller faire jouer leur progéniture en d’autres lieux. Cet épisode survient dans une commune qui accueille de plus en plus de familles chassées de Bruxelles par la forte hausse du prix des logements. Souvent des étrangers, parfois des francophones, tous maîtrisant mal le néerlandais. L’initiative de la municipalité semble, en tout cas, se situer dans le fil d’autres décisions, comme l’interdiction d’afficher des mentions en français au marché de Merchtem ou dans la ville de Hal, situées, comme Liedekerke, dans l’arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde, une zone bilingue que la Flandre entend scinder.

« APARTHEID »

À l’instar de la municipalité, des fonctionnaires flamands font mine de s’étonner des réactions négatives qu’a suscitées l’interdiction. Le règlement n’envisagerait, à les en croire, que des cas « exceptionnels ». Le ministre régional de l’intégration, Marino Keulen (libéral) l’a jugé illégal, mais estime qu’il peut néanmoins s’appliquer aux enfants qui n’habitent pas Liedekerke.

Mercredi 26 mars, la presse francophone, apparemment lasse des querelles, n’a réagi que faiblement. La prise de position de deux journaux flamands en est d’autant plus remarquable : Het Laatste Nieuws a évoqué « un mauvais coup à l’hospitalité et la tolérance en Flandre » ; De Morgen se demandait s’il était « fou de parler d’apartheid » dans ce cas-ci, ou si c’était la mairie de Liedekerke qui était devenue folle. Ce quotidien rappelait aussi qu’une commission de l’ONU a dénoncé récemment la montée de l’intolérance en Flandre.

Cet été, un projet baptisé Écoles d’été était prévu à Liedekerke. Il visait à mieux intégrer ceux qui ne parlent pas le néerlandais.

Jean-Pierre Stroobants, pour Le Monde

Les commentaires sont fermés.