Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

25/06/2008

L'IMMORTELLE BETISE DES JACOBINS BRETONS (et français)

d284929d3647518c761e4695828a7f0d.jpg

Communiqué de l'Alliance Régionale Flandre-Artois-Hainaut

 

Alliance Régionale

Flandre-Artois-Hainaut

Streek Verbond Vlaanderen Artezie Henegouwen

ALLIANCE REGIONALE FLANDRE-ARTOIS-HAINAUT

BP 40037

59007 LILLE Cedex

contact@alliance-regionale.org

www.alliance-regionale.org

www.pays-bas-francais.org

__________________________________________________________

COMMUNIQUE du 20 juin 2006

L'IMMORTELLE BETISE DES JACOBINS FRANÇAIS

Le 22 mai, lors de l'examen du projet de révision de la Constitution, les députés adoptent un amendement selon lequel « les langues régionales appartiennent au patrimoine de la République ». Le 18 juin, les sénateurs suppriment cette disposition, jugée par les deux tiers d'entre eux, et de tous bords, attentatoire à l'identité nationale et à l'unité de la République. Ils refusent d'ajouter cette phrase à l'article 1 de la Constitution. Seuls le PS, les Verts et quelques UMP ont voté contre.

Entre temps, les gérontes de l'Académie française avaient préparé le terrain pour les Sénateurs : « L'unité de la Nation est en jeu » avait mis en garde Max GALLO !

Pauvre Nation ! Mais c'est aussi l'aveu implicite que nous, Flamands, Bretons, Corses, etc., ne faisons pas partie de leur Nation! Parce que si les langues régionales n'appartiennent pas explicitement au patrimoine de la République, leurs locuteurs non plus ! DONT ACTE !

Ces positions d'un autre âge, dignes du colonialisme du 19ème siècle,  suscitent une levée de bouclier dans toutes les régions non franciennes de l'Hexagone : Alsaciens, Basques, Bretons, Catalans, Corses, Occitans et Flamands. Et bien sûr elles ne nous surprennent pas, ni par leur totalitarisme, ni par leur hypocrisie. La volonté d'éradiquer les différentes identités « indigènes »  ou « souchiennes » de France se fait de plus en plus arrogante : éradication du patrimoine littéraire flamand de l'Education « nationale » (cf. : l'affaire du Collège De Swaen transformé en Collège Lucie Aubrac, avec l'appui de la Municipalité de Duinkerke), interdiction du flamand et blocage de l'enseignement du néerlandais, épuration héraldique de Duinkerke à Rijsel : on voit davantage de drapeaux « ch'tibétains »[1] que de « Vlaamse Leeuw » (Lion des Flandres) sur les frontons des Mairies de Flandre !

Cette volonté d'éradication des vieilles identités européennes  est orchestrée au plus haut sommet de l'Etat et très largement partagée par l'opposition et tout ce qui se dit « républicain » et « citoyen ». Le simple fait de l'évoquer est considéré comme politiquement incorrect. Nous devons mourir en silence ou subir l'ostracisme « vigilant » d'une caste dogmatique ultra jacobine qui s'est décrétée propriétaire de l'identité nationale et de la Nation et qui s'est octroyée le droit de dire aux citoyens ce qu'ils sont et comment ils doivent l'être !

La fonction du jacobinisme a toujours été de fabriquer un homme nouveau, sans racines,  malléable (ce n'est pas un hasard si tous les grands systèmes totalitaires : socialisme, bolchevisme, nazisme se sont inspirés de la Révolution française !) On peut y ajouter le libéralisme mondialiste, bien plus efficace dans ce domaine !!!

Le jacobinisme produit des êtres déculturés, ignorant l'histoire de leur propre région, de leur propre peuple, reniant la langue de leurs propres ancêtres, des handicapés linguistiques monolingues (et fiers parfois de l'être !), peu performants, perdus au milieu de millions d'Européens polyglottes et ouverts sur le monde.

Quand un pays a encore la chance d'avoir sur son territoire une langue pré indo-européenne comme le basque, une langue celtique comme le breton (une langue sœur de celle de « nos ancêtres les Gaulois »), des langues reconnues comme des langues officielles dans les pays voisins comme le catalan et l'occitan, une langue d'échanges internationaux comme l'alsacien, forme locale de l'allemand, ou comme le flamand, forme locale du néerlandais (et « langue des Francs, fondateurs de la France » –excusez du peu !),  n'a-t-il pas plus à gagner en valorisant ses richesses qu'en les combattant ?

La position de l'Académie, du Sénat et de tous les apparatchiks du jacobinisme plombe ce pays et l'entraîne vers le fond. A l'image de son équipe de foot, risée de l'Europe : une équipe et un pays qui perdent !…et chacun en connaît les raisons !

Nos protestations seront nulles et non avenues, elles s'ajouteront à des centaines d'autres du même genre. Peu importe d'ailleurs ! La seule chose qui compte et qui pourra –peut-être, mais il est bien tard ! – sauver notre patrimoine flamand, c'est une prise de conscience identitaire forte des Flamands eux-mêmes et une résistance de tous les moments ! NOUS NE POUVONS COMPTER QUE SUR NOUS-MEMES !

Le reste est littérature !

Régis DE MOL

Président de l'Alliance Régionale Flandre Artois Hainaut



[1] Les défenseurs des Peuples que nous, régionalistes et fédéralistes représentons, sont seuls légitimés à défendre un petit pays génocidé culturellement par une puissance occupante! Et certainement pas les Jacobins !

19/06/2008

Exit les langues régionales : la France au français !

« Nos enfants parlent texto, il faut renforcer le français et ce n'est pas en faisant appel aux langues régionales », déclarait l'un des opposants aux langues régionales, Jean Pierre Fourcade, sénateur UMP lors du débat qui a eu lieu le 18 juin au Sénat à propos de la modification de la Constitution.

En effet, les sénateurs ont voté à la majorité de 216 voix contre 103 un amendement demandant le retrait de la référence aux langues régionales dans l'article 1 de la Constitution.

Lorsque la diversité linguistique et culturelle est prônée dans le monde entier, la France est plus nationaliste que jamais. Il s'agit d'un des derniers pays en Europe à refuser de donner une place officielle aux langues régionales. À l'heure où la France est épinglée par les rapports internationaux sur son traitement des problématiques minoritaires, elle ne montre pas le visage d'un pays tolérant, bien au contraire.

Le texte prévoyant l'inscription des langues régionales dans la Constitution avait pourtant été adopté à la quasi-unanimité à l'Assemblée nationale, mais au Sénat la majorité UMP, ainsi que les communistes, les centristes, les radicaux et quelques socialistes ont voté un amendement demandant son retrait.

Déjà avant-hier, l'Académie française estimait que les langues régionales étaient un danger pour l'identité nationale, estimant que l'exclusivité du français était nécessaire dans un pays qui n'aime ni la langue anglaise, ni les langues régionales, ni certainement les autres langues dans la monde.

Doit-on en conclure qu'en France, le mot identité ne peut se prononcer qu'en langue française ? Ce vote du Sénat est au moins une belle preuve d'un jacobinisme farouche où la diversité n'a pas sa place. Alsaciens, Basques, Bretons, Catalans, Corses, Occitans, Flamands, Bourguignons... doivent-ils se considérer comme des étrangers ?

A quoi joue-t-on à l'UMP ? La France a besoin de réformes profondes, de réformes structurelles, culturelles, politiques et économiques. Ce refus du Sénat est décidément de très mauvaise augure pour le succès des réformes que nous espérions. C'est à l'UMP de montrer l'exemple, de montrer le chemin de la modernité et des réformes.

Claude Guillemain

Vous soutenez les réformes? Devenez Réformateur: