Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

28/10/2008

La passion de la Bretagne jusqu'au bout

Ouest-France
Yvonig Gicquel. : Ouest-France

L'historien Yvonig Gicquel, également président de l'Institut culturel breton, a succombé à un malaise cardiaque samedi.

Il avait eu 75 ans en juin. Ce même mois sortait son dernier livre, un pavé de 3 kg et riche de 544 pages consacrées à la Chambre de commerce et d'industrie du Morbihan, instance qu'il dirigea pendant plus de trente ans. De par son sujet, La chambre de commerce et deux siècles d'économie du Morbihan (1807-2007) aura forcément moins de succès que sa trilogie remarquable sur la famille de Rohan ou Le Combat des Trente, récit sur la guerre de succession de Bretagne.

Mais son ultime ouvrage, comme les autres, témoigne de l'attachement viscéral de ce natif de Josselin à la péninsule, à son essor économique, culturel et à son histoire.

« Un militant infatigable »

On retrouve cette passion dans ses engagements : fondateur du Cercle celtique de Josselin, président de la confédération culturelle Kendalc'h de 1973 à 1982, de la coopérative culturelle Coop Breizh de 1982 à 2003 et de l'Institut culturel de Bretagne. Fatigué après un malaise cardiaque, et en attente d'une opération à coeur ouvert, il venait de renoncer à ce dernier mandat.

Militant, élu politique (il exerça plusieurs mandats comme opposant UDF au conseil municipal de Lorient), Yvonig Gicquel fut en 1976 un des artisans d'une négociation avec l'État qui aboutit, l'année suivante, à la Charte culturelle bretonne.

À Ploemeur, ce Breton érudit habitait à cinquante mètres d'un autre Breton de coeur, Polig Monjarret. Le fondateur de Bogadeg ar Sonerien et le président de Kendalc'h s'étaient opposés au moment de la scission de leurs mouvements, mais avaient gardé « des rapports courtois », se rappelle Jean-Pierre Pichard, qui le connaissait bien. Yvonig Gicquel resta vingt ans au conseil d'administration du Festival interceltique de Lorient.

À l'annonce de son décès, le président du Conseil général de Bretagne, Jean-Yves Le Drian, a rendu hommage à « l'historien, érudit, militant infatigable de l'identité bretonne ». De son côté le Parti Breton salue « la mémoire d'un grand patriote breton qui a toujours souhaité redonner toute sa place à l'histoire nationale du peuple breton ». Yvonig Gicquel a été décoré de l'Ordre de l'Hermine en 1994.

Jérôme GAZEAU.

• Les obsèques d'Yvonig Gicquel seront célébrées mercredi, à 14 h 30, en la basilique Notre-Dame-du-Roncier, à Josselin.

http://www.ouest-france.fr/La-passion-de-la-Bretagne-jusq...

06:46 Publié dans Bretagne | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.