Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

09/08/2009

Le Finistère-Nord de Paco Rabanne

paco_rabanne_.jpg

Inventif et précurseur, le couturier avant-gardiste Paco Rabanne a marqué le monde de la haute couture de ses créations innovantes. C'est dans le Finistère-Nord, où il a grandi, qu'il a choisi de s'installer.

«Ici, c'est le paradis», affirme Paco Rabanne, en balayant du regard la vue imprenable qu'offre sa maison néo-bretonne sur la mer d'Iroise. Il y a septans, après avoir parcouru le monde entier pour son métier, le célèbre couturier a posé ses valises à Portsall, dans la commune de Ploudalmézeau (29). Dans son jardin minéral et végétal, il a érigé un drapeau gwenn-ha-du en haut du mât de Notre-Dame-de-Rumengol et dressé une Vierge noire en souvenir de son enfance morlaisienne. C'est près de Morlaix que le Basque espagnol a grandi. Après que son père a été fusillé sous Franco, il a dû fuir l'Espagne avec sa mère en 1938. Alors qu'ils s'étaient réfugiés au camp d'Argelès(Pyrénées-Orientales), Tanguy Prigent, homme politique breton et ami de sa mère, est venu les chercher pour les cacher à Ploujean, près de Morlaix(29). «Je suis arrivé au bourg de Kerscao en février1939. J'avais quatre ans. Je ne me considère pas comme espagnol. Mon enfance et mon adolescence, je les ai passées en Bretagne. Quand un Breton de 30 ans me dit: vous n'êtes pas Breton. Je lui réponds: «J'ai 76 ans. Je connaissais la Bretagne avant même que tu naisses. Je suis Breton», martèle celui qui a appris à parler le «brezhoneg» avant même de parler français.

«Je dois beaucoup à la Bretagne»

Quand Paco Rabanne quitte la Bretagne au début des années cinquante, c'est pour étudier l'architecture à Paris. Finalement, il a préféré exercer le métier de sa mère, qui était première d'atelier chez Balenciaga, en Espagne. Novateur, surnommé le «métallurgiste de la couture» par Coco Chanel, Paco Rabanne aura marqué de son empreinte un demi-siècle de mode avec ses «robes importables» faites de papier, de métal, d'aluminium... La Bretagne aura aussi été une importante source d'inspiration. À commencer par le costume breton que le fantasque créateur a pris plaisir à détourner lors d'un défilé haute couture en 1992: «C'était une collection avec de grandes coiffes, des incrustations, des chapeaux ronds... J'avais invité sur scène un bagad qui jouait. Il fallait voir la réaction des journalistes. J'étais heureux!», jubile encore Paco Rabanne. «Je dois beaucoup à la Bretagne», précise celui que l'on connaît aussi pour ses déclarations engagées. «Toutes mes premières expériences ésotériques, bizarres, étranges, qui peuvent faire sourire, je les ai eues, ici, en Bretagne. Je suis fondamentalement attiré par la Bretagne, car on y trouve les quatre éléments: l'eau, l'air, le feu, la terre. Je sens tout ça. J'ai besoin de mon vent, de ma pluie... Pour moi, la Bretagne, c'est vital». À suivre: Philippe Gloaguen

03:50 Publié dans Bretagne | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.