Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

22/09/2009

La vallée des Saints

C'est Carnoët qui accueillera la Vallée des saints et ses 1.000 statues de granit. La commune des Côtes-d'Armor a été préférée aux huit autres dossiers de candidature.

> Le lancement du projet
> L'interview de Philippe Abjean

Centralité et qualité du site, terrain disponible immétiatement, volonté de favoriser une zone touchée par le dépeuplement... Tels sont les principaux arguments mis en avant cet après-midi par les porteurs du projet pour justifier le choix de Carnoët.

A l'origine de ce projet pharaonique : Philippe Abjean. Ce Saint-Politain de 54 ans n'est autre que l'initiateur du renouveau du Tro Breiz en 1994. Ce passionné de christianisme celtique a recensé un millier de saints qui ont donné leurs noms à des communes.

"Des récits fabuleux qui n'ont rien à envier à la mythologie grecque"

Les 1.000 saints sont tirés de l'histoire de la Bretagne, qui vit, en 450 et pendant 150 ans, une grande migration de chrétiens venus principalement d'Angleterre, du pays de Galles et d'Irlande Cornouailles.

Les "Saints" sont des "moines itinérants" originaires de Cornouaille et du pays de Galles qui ont christianisé la région, comme l'explique Philippe Abjean.

"Certains saints, au 5e et 6e siècles n'ont pas été canonisés par Rome", mais ce "sont cependant les pères spirituels de la Bretagne à l'origine de légendes et de récits merveilleux qui n'ont rien à envier aux légendes grecques", rappelle-t-il.

La Vallée des Saints, cet enseignant catholique et pratiquant la voit comme une "locomotive touristique" pour la Bretagne.

"Les saints plantent le décor. Mais ce n'est pas une exposition, pas un lieu mort. C'est un lieu où les statues installées pour l'éternité vont se patiner et nous survivre, c'est un lieu spirituel un peu comme Taizé ou Paray-le-Monial, le Carnac du troisième millénaire", décrit-il avec enthousiasme.

Pour l'instant, il existe sept statues d'une hauteur de trois mètres.

C'est à quelques pas de la cathédrale Saint-Pol-Aurélien à Saint-Pol-de-Léon que les sept saints ont pris forme cet été dans des blocs de granit taillés au burins par différents artistes. Chaque oeuvre a été financée par un mécène à hauteur de 10.000 euros.

Selon Philippe Abjean, le financement de cinquante autres colosses est déjà assuré grâce à l'engagement de différentes entreprises locales.

L'enseignant n'en est pas à son coup d'essai. En 1994 il a relancé le "Tro Breizh" (tour de Bretagne) un pèlerinage de 600 km en l'honneur des sept saints fondateurs qui a connu son apogée au 14e siècle.

Autrefois, le pèlerin allait s'incliner au moins une fois dans sa vie sur les tombeaux des saints fondateurs Brieuc et Malo dans leur ville, Samson à Dol-de-Bretagne, Patern à Vannes, Corentin à Quimper, Pol-Aurélien à Saint-Pol-de-Léon et Tugdual à Tréguier, dans les sept évêchés de Bretagne. Un parcours d'un mois.



Philippe Abjean (D), président de La Vallée des Saints, et le sculpteur Patrice Le Guen (G), le 18 septembre 2009

«Saint-Hervé le barde aveugle, Paul Aurélien qui terrassa le dragon, Saint-Mélar et ses cornes de cerf... Autour de ces personnages se sont cristallisés des récits fabuleux, qui n'ont rien à envier à la mythologie grecque», explique Philippe Abjean.

Constatant la crise actuelle de l'église, il a voulu s'inspirer du souffle de ces légendes pour «redonner le sens du sacré à une époque qui l'a perdu». Ainsi est né le projet de «La vallée des saints», clin d'oeil à la Vallée des Rois, en Égypte.

Neuf dossiers de candidature

Concrètement, il s'agit de regrouper peu à peu, en un seul site, 1.000 blocs de granit, hauts de 4 m, que des sculpteurs du monde entier viendraient tailler à l'effigie des saints bretons.

«Ce ne seront pas des statues d'église, précise Philippe Abjean. Elles garderont un côté brut, mais elles auront un visage, et donc un pouvoir d'invocation et d'évocation. »

Sept collectivités, plus l'abbaye de Langonnet (56), et un privé, le propriétaire du château de Loyat, près de Ploërmel (56), avaient déposé un dossier de candidature pour accueillir la vallée des Saints.

Ouverture espérée pour 2010

Critère pour déposer un dossier : proposer un terrain d'assiette de vingt hectares, bordé d'un étang avec possibilité aux abords d'aménager un espace muséographique et un atelier pour les sculpteurs.

Philippe Abjean espère l'ouverture au public de la Vallée des saints pour 2010 avec un premier groupe de soixante statues. Il faudra environ vingt ans pour que cette vallée soit peuplée des mille statues prévues.

Financement par le mécénat

Chaque sculpture sera financée par un mécène. Selon Phlippe Abjean, un  premier appel a reçu un écho très favorable auprès des entreprises bretonnes. Il en coûterait environ 10.000EUR par oeuvre.

Le 1er août dernier, sept statues monumentales (trois mètres de haut et dix tonnes environ) représentant les Saints fondateurs de Bretagne (Pol-Aurélien, Tugdual, Brieuc, Samson, Malo, Patern et Corentin) ont érigées dans le centre-ville de Saint-Pol-de-Léon (29), à proximité de la cathédrale.

 

02:37 Publié dans Bretagne | Lien permanent | Commentaires (20)

Commentaires

Copié/collé du site internet des 1000 v(a)in(t)geries
Entreprise/devenez mécène

En permettant la réalisation de ce projet “fou“, votre entreprise :


- contribue au développement culturel et économique de la Bretagne


- joue un rôle de pionnière dans cette aventure innovante et fait rayonner sa créativité


- obtient une réduction fiscale de 60 %*


- s’identifie comme une entreprise responsable, citoyenne et engagée en faveur d’un projet culturel et créateur de lien social



- bénéficie de contreparties nombreuses et d’un espace de communication externe



* L’article 238 bis du code général des impôts, dans sa rédaction issue de l’article 6 de la loi du N° 2003-709 du 1er août 2003, instaure une réduction d’impôt égale à 60 % du montant des versements effectués par les entreprises au titre de mécénat. Les versements réalisés sont pris en compte dans la limite de 5%o du chiffre d’affaires.


Votre Partenariat

Financement d'une statue sous forme de mécénat. L'association "La Vallée des Saints" est reconnue d'intérêt général à caractère culturel au sens des articles 200 et 238 bis du CGI.


Soit, vous investissez seul :

Mécénat 1 10 000 euros
Réduction fiscale (60 %) 6 000 euros
Coût net 4 000 euros
Contreparties revalorisables 2 2 500 euros
Coût réel 1 500 euros


Soit, vous pouvez vous associer avec une ou plusieurs entreprise(s) et investir dans la statue de votre choix, l'important est d'arriver au coût de revient d'une statue, à savoir 10 000 euros.


1 Le financement d’une statue, englobe le coût d’acquisition et du transport du granit, la rémunération du sculpteur et les charges de l’association (logistique, communication, gestion du site où sera implantée La Vallée des Saints).


2 Conformément à la loi du 1er août 2003 sur le mécénat, votre entreprise bénéficie de contreparties valorisables à hauteur de 25% de votre don.





Les contreparties proposées


Une visibilité importante

Réalisation à Saint-Pol-de-Léon, en 2009, d’un symposium sur le thème du Tro Breiz et plus particulièrement des 7 Saints Fondateurs. Votre entreprise bénéficiera ainsi de l’arrivée du Tro Breiz qui boucle son parcours de sept années. Cet événement qui prévoit la participation de 2500 marcheurs, de 15000 spectateurs à l’arrivée et d’une médiatisation importante coïncidera avec le lancement du projet de La Vallée des Saints.
Plan Média qui prévoit une très forte communication, avec couverture télévisée.
Mention pérenne du nom de votre entreprise sur le site Internet de l’association et sur la statue que vous aurez financée, sculptée à l’effigie d’un Saint identifié à une commune de Bretagne…

Un accès privilégié à La Vallée des Saints
Laissez-passer coupe-file à offrir à vos collaborateurs, vos clients et vos partenaires.
Cartes annuelles d’accès.


Des opérations de relations publiques
Soirée officielle de "levée de menhir“, à chaque mise en place d’une statue.
Des événements privés de tous formats : visites privées, cocktails …

ils n'ont pas fini de nous faire chier les mécènes et en plus ça coûte 6 000 par statue aux contribuables !!!
Petit rappel mathématique : 1000 x 6 000 = 6 millions d'euros !!!
Je pensais qu'il y avait d'autres priorités dans le pays !!!
Bernard Coadic

Écrit par : Coadic Bernard | 25/09/2009

A mon avis, quand on veut tenter de convaincre l'opinion, on s’abstient de ce genre de déclaration grossière et non constructive et de toute attaque envers ceux qui recherchent une raison d'exister pour la Bretagne.

Les Bretons et les lecteurs de ce blog sauront apprécier, nous en sommes persuadés.

Henri

Écrit par : Henri Baillavoine | 26/09/2009

"ils n'ont pas fini de nous faire chier les mécènes et en plus ça coûte 6 000 par statue aux contribuables !!!
Petit rappel mathématique : 1000 x 6 000 = 6 millions d'euros !!!
Je pensais qu'il y avait d'autres priorités dans le pays !!!"

A part ce passage, tout est du copié / collé du site internet des promoteurs... mais il est vrai qu'il est plus facile de trouver grossier "faire chier" que de remettre en cause tout un projet grandiloquent qui sera financé au bas mot à hauteur de 60 % par les contribuables (et dans contribuables il y a ... tribuables) et à 25 % par les produits dérivés !
Allez vérifier à http://www.lavalleedessaints.com/devenir-mecene-entreprisedevenez-mecene-pxl-25_32.html

Ha kerz da gac'hat paour kaez paotr Henri...
Bernez Koadig

Écrit par : Bernard Coadic | 26/09/2009

Etant originaire de Carnoet mais ayant quitté le "bled" depuis très longtemps ,j'observe ce projet d'un oeil amusé : ce sont les marchands du temple qui financent la spiritualité .... d'autre part , vous faites allusion a l'évacuation des déchets : Carnoet n'a pas besoin de "tout à l'égout" ; il suffit de brancher les eaux usées sur l'aqueduc datant de l'époque gallo-romaine et le tour est joué ! Plaisanterie mise à part , le patrimoine de Carnoet est suffisamment important pour ne pas avoir à en constituer un totalement artificiel issu d'une fausse érudition basée sur une idéologie impérialiste . Il y a même des vestiges gallo-romains qui auraient été mis au fond d'un trou afin de ne pas être "embêté" par d'éventuelles fouilles lors du remenbrement ...alors ... Cléopâtre

Écrit par : cléopâtre | 06/10/2009

Cher Président,

Autant je salue très sincèrement votre projet ainsi que ses initiateurs, autant je suis profondément déçu du choix du site... Je ne veux pas dénigrer Carnoët (malgré tout, j'ai été obligé d'aller voir sur la carte où c'était situé...) mais franchement, n'aurait-il pas été plus judicieux de développer la Vallée des Saints dans une ville un peu plus accessible ???
Suivre toutes les étapes, constater régulièrement l'extraordinaire adresse des sculpteurs, pouvoir participer au lever, se sentir comme associé à ce projet fédérateur qui a formé un véritable élan autour de lui et qui a créé un enthousiasme vérifié gommant toutes les tendances et tous les niveaux sociaux, et savoir que ces statues vont nous quitter pour aller au fin fond de nulle part, (pardon aux habitants de Carnoët, que même wikipédia ne connait pas...), a généré une énorme déception dans notre Léon, et personnellement j'éprouve même une forme primaire de rejet... je m'en excuse mais l'ampleur de la déception est telle...
Alors bravo malgré tout d'avoir initié ce beau projet, meilleurs voeux de réussite pour arriver au terme, mais maintenant, s'il vous plait, dégagez les statues de la place de l'évêché le plus vite possible, qu'on oublie notre chagrin.

Écrit par : POULIQUEN | 09/10/2009

Cher Président,

Autant je salue très sincèrement votre projet ainsi que ses initiateurs, autant je suis profondément déçu du choix du site... Je ne veux pas dénigrer Carnoët (malgré tout, j'ai été obligé d'aller voir sur la carte où c'était situé...) mais franchement, n'aurait-il pas été plus judicieux de développer la Vallée des Saints dans une ville un peu plus accessible ???
Suivre toutes les étapes, constater régulièrement l'extraordinaire adresse des sculpteurs, pouvoir participer au lever, se sentir comme associé à ce projet fédérateur qui a formé un véritable élan autour de lui et qui a créé un enthousiasme vérifié gommant toutes les tendances et tous les niveaux sociaux, et savoir que ces statues vont nous quitter pour aller au fin fond de nulle part, (pardon aux habitants de Carnoët, que même wikipédia ne connait pas...), a généré une énorme déception dans notre Léon, et personnellement j'éprouve même une forme primaire de rejet... je m'en excuse mais l'ampleur de la déception est telle...
Alors bravo malgré tout d'avoir initié ce beau projet, meilleurs voeux de réussite pour arriver au terme, mais maintenant, s'il vous plait, dégagez les statues de la place de l'évêché le plus vite possible, qu'on oublie notre chagrin.

Écrit par : POULIQUEN | 09/10/2009

La Vallée des saints prend racine à Carnoët

Pol-Aurélien, Samson, Patern, Corentin, Malo et Brieuc ont été installés, hier, sur la butte Saint-Gildas, à Carnoët.Mille autres saints de granit devraient suivre.

Entre Aulnes et Hyères, entre Callac et Carhaix, la colline de la chapelle Saint-Gildas culmine à 223 m : 40 km d'horizon à la ronde, c'est l'un des plus beaux endroits de Bretagne... Lentement, les six statues de granit sont dressées l'une après l'autre dans un grand silence plein de ferveur, à peine troublé par les conversations bretonnantes (voire anglaises). Certains tendent même la main pour doucement toucher la douce peau polie de Pol-Aurélien. Et pas un petit Pol ! Près de 4 m de haut, 10 tonnes de granit...

Druides du Gorsed

Voilà longtemps que le tertre de Saint-Gildas, en Carnoët, n'avait pas connu une telle animation. Les six premières statues de la future Vallée des saints sont maintenant érigées dans un beau soleil couchant : Pol-Aurélien, Samson, Patern, Corentin, Malo et Brieuc. Manquent hélas à l'appel deux saints fondateurs, Tugdual et Yves, récupérés par leur sculpteur mécontent. Une petite polémique dont Philippe Hajas ne veut « plus entendre parler ».

Le moment est pour lui, l'un des trois membres fondateurs du projet, par trop « solennel, en ce lieu chargé d'histoire ». Sans doute un tumulus, où pourrait être enterré un guerrier celte. Transformée en camp romain, la butte a permis de surveiller « ces tribus gauloises rebelles de l'Armorique ». Convertie en motte féodale, au Moyen-Âge, elle a ensuite attiré les rassemblements « des druides du Gorsed breizh ».

À deux pas de Locarn, les six premières statues s'enracinent sur ce site de 30 ha. Quarante autres statues suivront, dès l'an prochain. Sans aucun problème de financement : le mécénat d'entreprises (10 000 € par statue) fait « boule de neige ». L'ambition du projet est d'en rassembler, à terme, près de 1 000. « Autant que de saints bretons, entre 900 et 1 200 recensés ». Le site, ouvert à tous vents, est libre d'accès. Une contribution « symbolique » sera peut-être ensuite demandée au public afin d'assurer le fonctionnement de cette Vallée des saints, « association sans but lucratif ».

Bien sûr, les critiques ne manquent pas. Elles assimilent ce projet à un parc d'attraction mélangeant le sacré et le profane. Mais Philippe, « fondamentalement attaché à la Bretagne », « catholique », n'en a cure : « Il est bon d'honorer nos pères fondateurs, en ce moment charnière où la langue bretonne est en déclin et où l'on a trop tendance à oublier ses racines... »

Alors, il en est sûr, ce site sera « fédérateur ». Pour s'en convaincre, il n'est qu'à voir le succès déjà rencontré par le Tro Breizh.

Écrit par : Henri Baillavoine | 17/10/2009

Henri Baillavoine reprend un article de journal sans rien dire et même pas un commentaire ...
[Lentement, les six statues de granit sont dressées l'une après l'autre dans un grand silence plein de ferveur, à peine troublé par les conversations bretonnantes (voire anglaises). Certains tendent même la main pour doucement toucher la douce peau polie de Pol-Aurélien] c'est beau n'est-ce pas ? On s'y croirait ...
[Le moment est pour lui, l'un des trois membres fondateurs du projet, par trop « solennel, en ce lieu chargé d'histoire ». Sans doute un tumulus, où pourrait être enterré un guerrier celte. Transformée en camp romain, la butte a permis de surveiller « ces tribus gauloises rebelles de l'Armorique ». Convertie en motte féodale, au Moyen-Âge, elle a ensuite attiré les rassemblements « des druides du Gorsed breizh ».] quand on vous dit qu'ils vont nous ressortir Taldir Jafrennou ...
« Il est bon d'honorer nos pères fondateurs, en ce moment charnière où la langue bretonne est en déclin et où l'on a trop tendance à oublier ses racines... » no comment ...
Mieux vaut en rire ...

Écrit par : Coadic Bernard | 18/10/2009

Cher M. COADIC,

Ne croyez-vous pas que la Bretagne a besoin, dans ces moments compliqués pour de nombreuses personnes, de projets fédérateurs, de projets qui permettent de rassembler les gens tout simplement, de récréer un peu de lien social. Pourriez-vous mettre vos "neurones" (entre guillemets car quand je vois le vocabulaire que vous utilisez pour vous faire entendre alors que vous représentez le néant) au service de la Bretagne ? Vos réflexions pourrait par exemple vous permettre d'arrêter de critiquer tout ce qui bouge et vous permettre pour le coup de vous bouger... Les critiques sont toujours plus faciles que les idées, plus faciles que de mettre des projets en route... enfin, je crois qu'essayez de convaincre un imbécile ne servira à rien. En tout cas je souhaite bonne chance à toutes les personnes qui entreprennent des projets pour la Bretagne et notamment les initiateurs du projet de la Vallée des Saints.

Kénavo !!

Breiz

Écrit par : breiz | 20/10/2009

Je connais bien Monsieur Coadic. Il m'écrit de temps en temps.
Il n'est pas "libre penseur" comme pourtant ses écrits pourraient le laisser supposer. Non, il est simplement hostile à ce projet, parce qu'il n'en mesure pas l'importance culturelle et historique.
Monsieur Coadic, au fond, nous ne sommes pas si éloignés l'un de l'autre. Vous faites partie de l'Emsav, cette mouvance née dans les années cinquante et qui s'est empâtée avec l'âge, pour ne plus être aujourd'hui qu'un club de gauche, subventionné au-delà de ses capacités d’absorption, donc domestiqué.
Pour ma part, je fais partie de ceux qui en Bretagne ou ailleurs, rêvent d'une Bretagne toujours insoumise et purifiée, refusant le repli ethniciste et l’identité « du peuple de gauche » que l'on a voulu nous coller sur le dos; ceux qui veulent une Bretagne spirituelle et donc surtout pas territoriale (il faut choisir); une Bretagne ouverte à l'Europe et au monde et solidaire de tous les cœurs sincèrement épris de liberté.
Cette Bretagne n’a d’ailleurs pas à être inventée : elle existe déjà, depuis des siècles, en cette minute même, battue par les vents.
Mais pourquoi n’en parle-t-on pas plus ? A cause justement de l'Emsav qui forme une « épaisseur » idéologique et institutionnelle et qui nous bouche les yeux.

Écrit par : Henri Baillavoine | 21/10/2009

C'est en partie vrai. Les Bretons étaient des soldats romains, qui se sont installés, à la demande Rome, en Bretagne. Puis ils ont amené femmes, enfants, tribus et prêtres. Vous oubliez de dire que les Bretons étaient chrétiens depuis longtemps et que leurs saints prêtres n'étaient pas des soudards. Ou alors vous le savez et vous faites volontairement l'amalgame entre les chefs de guerre et les prêtres bretons pour tromper les lecteurs.
Lesquels prêtres et moines ont eu une influence civilisatrice et économique bénéfique puisqu'ils ont incité les familles à créer des champs en défrichant la forêt qui couvrait la quasi totalité du territoire armoricain.
Il n'y a que dans votre tête que le fascisme existe. Les Bretons sont les derniers à soutenir le Front National. Mais, puisque vous citez Taldir, pourquoi ne dites vous pas qu'il était franc maçon, comme Morvan Marchal, le créateur du drapeau breton ?

Écrit par : Henri Baillavoine | 05/11/2009

Le fait que Taldir Jaffrennou et Morvan Marchal étaient franc-maçons prouvent quoi ? Qu'ils étaient respectables ? Qu'ils étaient fascistes ? Que les franc-maçons sont respectables ? Que les franc-maçons sont fascistes ?
Supposons que les choses soient aussi simples que semble le penser Henri Baillavoine, à savoir que les proto-bretons d'Armorique, étaient des saints en ayant "une influence civilisatrice et économique bénéfique [en incitant les] familles à créer des champs en défrichant la forêt qui couvrait la quasi totalité du territoire armoricain", et bien ne vaudrait-il pas mieux qu'un réel mécénat (à savoir de l'argent donné et non pas de l'argent récupéré à 85% au frais du contribuable pour 60% et au frais du badaud badin pour 25%...) finance un symbole plus réparti sur le territoire ? 1000 statues dans 1000 lieux de Bretagne ? Je n'aime pas les symboles ostentatoires mais à tout prendre je préférerais une statue de Flora Tristan (dont l'évocation de ses pérégrinations n'a attiré que 50 personnes à Poullaouen ...quelques jours avant l'arrivée des statues à Carnoet) à celle d'un Saint homme évangélisateur ?
Par contre si je peux choisir, je n'en choisi aucune.
Et puisque Monsieur Henri Baillavoine semble me connaître, je lui propose de venir boire un café à la maison, à moins qu'il ne préfère une chicorée.
"ceux qui en Bretagne ou ailleurs, rêvent d'une Bretagne toujours insoumise et purifiée [sic], refusant le repli ethniciste et l’identité « du peuple de gauche » que l'on a voulu nous coller sur le dos; ceux qui veulent une Bretagne spirituelle et donc surtout pas territoriale (il faut choisir); une Bretagne ouverte à l'Europe et au monde et solidaire de tous les cœurs sincèrement épris de liberté.
Cette Bretagne n’a d’ailleurs pas à être inventée : elle existe déjà, depuis des siècles, en cette minute même, battue par les vents."
pas territoriale mais battues par les vents ...un bout de lune avec ses vents solaires ça t'irait mon coco ? (mais non pas coco "peuple de gauche", plutôt Coco "Bel Oeil")
Bernard Coadic

Écrit par : Coadic Bernard | 05/11/2009

Vous pratiquez l'amalgame et cela dessert la cause que vous croyez pouvoir défendre.
Je ne connais pas le site du FN du Morbihan. Je connais le site des "libres penseurs" ou plutôt le site de La Libre Pensée.
On y lit, sous la plume d'auteurs comme Le Guennec, des diatribes un peu semblables aux vôtres. Taldir, les fascistes, l'abbé Perrot etc, tout ce charabia ringard, gauchisant et anti-clérical qui a conduit à l'assassinat en 1944 de l'abbé Perrot et à celui de l'abbé Pierre-Marie Lec'hvien.
Mais, comme vous le dites, c'est comme vous voudrez.

Écrit par : Henri Baillavoine | 11/11/2009

décidemment, le métier de sculpteur sera le plus ingrat de tous les métiers d'art... l'histoire se répète ainsi éternellement, l'anonymat de l'artiste ... beaucoup de bavardage dans tout cela et pas un mot, pas un nom de nos créateurs sculpteurs d'aujourd"hui...
les sculpteurs ont intéret à être solides comme des rocs pour supporter cete injustice... y penserez-vous?

Écrit par : joyeux rozenn | 03/01/2010

question à 100 lur : pourquoi l'abbé Perrot était t'il le seul dans le coin non seulement à avoir une voiture , mais également à pouvoir mettre de l'essence dedans ..... faisait il du marché noir ?

Écrit par : carambar | 15/02/2010

Pour ma part je fais du café noir même les jours de marchés, alors si en marchant sous le ciel noir, il te vient l'envie d'en boire un, n'hésite pas, passe à la maison. Avec un peu de chance, ce cher Henri B. sera également de passage, et nous échangerons alors vivement sur cet abbé qui, quelque soit ce qu'il a fait, ne méritait pas un assassinat.
bernkoad@hotmail.fr

Écrit par : Bernard Coadic | 26/02/2010

COMMENT UN PARTICULIER PEUT ETRE MECENE

POUR CE PROJET qui restera pendant des siecles

comme une oeuvre d'origine bretonne

Écrit par : JAN ROGER | 19/05/2010

Allez directement sur le site de La Vallée des Saints
http://www.lavalleedessaints.com/
Le mécénat est bien expliqué.

Écrit par : Henri Baillavoine | 10/06/2010

LA VALLEE DES SAINTS SUR LE TOSSEN SANT-GWELTAZ

.. venus d’Angleterre, du pays de Galles ou d’Irlande, des chrétiens convertis depuis plusieurs générations, en butte aux attaques des Pictes, des Scots et des Saxons, ont franchi la Manche pour se réfugier en Armorique. Cette grande Migration a duré 150 ans, à partir de 450 ap. J.C. jusqu’au VIe siècle. La très grande majorité des Saints qui ont christianisé la Bretagne venait de Cornouaille ou du Pays de Galles. Au départ personnages à la fois légendaires et historiques, et bientôt sanctifiés au gré de la christianisation de la culture populaire bretonne, on retrouve partout leurs empreintes : noms de lieux, de communes, de festivités, proverbes et dictons, ...

A notre connaissance, à l'heure actuelle en Bretagne, hormis de rares initiatives isolées à l'impact local et limité dans le temps, aucune manifestation d'importance n'évoque ces aspects de notre histoire pourtant décisifs pour notre identité et notre culture régionale. Redonner vie à cet héritage culturel, témoin des origines de la Bretagne, c'est non seulement l'occasion de renouer avec ce qui fait l'identité profonde de la Bretagne, mais aussi l'opportunité de dynamiser l'économie locale.

Notre projet s’articule autour de plusieurs concepts :

• Un chantier d'un millier de statues mégalithes de 3 mètres de haut environ et qui sera le plus grand au monde. Il constituera un formidable lieu de mémoire des premiers temps de la Bretagne.

• La reconstitution d'un habitat civil et religieux celtique en pierre sèche et son environnement proche, à l'image des habitats de l'époque,

• Un centre culturel populaire, d’information, de documentation et d'interprétations sur le Haut Moyen-âge Breton, période de l’arrivée des Saints fondateurs en Armorique.

• Une démarche pédagogique et scientifique dans le cadre d'une animation permanente muséographique, et une animation évènementielle festive et saisonnière


LA SAUVEGARDE D'UN PATRIMOINE CULTUREL ET POPULAIRE EN PÉRIL

La toute première ambition du projet est de donner une nouvelle visibilité à un patrimoine en voie d'extinction : le Haut Moyen Age en Armorique, aux sources même de l'identité culturelle et territoriale de la Bretagne telle qu'elle le revendique encore aujourd'hui. C'est à dire une culture à la fois populaire et sophistiquée, profane et sacrée.

Il s'agit d'imaginer pour la Bretagne ce que les Grecs ont su faire à partir de leur mythologie : une locomotive touristique d’envergure internationale. Nos récits universels – c.f. les mythes « parents » d'autres civilisations - tels que la légende de la ville d’Ys, les exploits des Saints maîtrisant la mer ou terrassant les dragons, ou encore la vie d’un Saint Hervé, barde aveugle, composant le Cantique du Paradis, figurent parmi les plus belles pages de la littérature mondiale.

La Bretagne a réussi récemment à sauvegarder son patrimoine maritime avec l’aventure des "Vieux Gréements". Elle doit s’atteler à présent à la sauvegarde de sa culture populaire, c’est-à-dire de son identité. Un avenir ne se construit qu’en s’appuyant sur l’héritage du passé…

Notre volonté est de créer un lieu vivant qui contribuera au rayonnement culturel de la Bretagne.

Le lieu permettra donc de revisiter par la statuaire ces Saints fondateurs aux attributs divers : Saint-Pol Aurélien et le dragon, ou encore Saint Hervé et son loup, Saint Corentin et son poisson, Saint Mélar et ses cornes de cerf…

http://www.facebook.com/group.php?gid=52975210904

Écrit par : Henri Baillavoine | 10/06/2010

Puisse autant Le riche que le pauvre prendre le temps de visiter la vallée des Saints avec respect et humilité et amour. L'un et l'autre repartiront avec joie et douceur de vivre au coeur. C'est aussi simple que ça

Écrit par : morvan | 17/10/2011

Les commentaires sont fermés.