Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

11/11/2009

Erika : « Vous avez tous commis des fautes... »

mercredi 11 novembre 2009


Devant la Cour d'appel de Paris, l'avocate générale a demandé, hier, la confirmation des condamnationsà l'encontre de tous les prévenus.

On ne l'avait guère entendue depuis le début des audiences. Hier, Françoise Mothes s'est largement rattrapée. Pendant plus de trois heures, l'avocate générale a disséqué, au scalpel, les responsabilités des différents prévenus. Pour elle, ce n'est pas la météo ou un vice caché du navire qui explique le naufrage au large du Finistère, en décembre 1999. Mais bien le mauvais état et la corrosion aggravée du bateau.

Les fautifs ? L'armateur, bien sûr, Giuseppe Savarese, propriétaire endetté de l'Erika depuis 1994. Avec Antonio Pollara, son gestionnaire, il s'entendait pour faire réaliser « à l'économie » les réparations indispensables. Ainsi, celles entreprises, l'été 1998, au chantier de Bijella (Montenegro) : ils ne dépensent que 157 000 des 500 000 dollars prévus. Explication : le bateau allait bientôt avoir 25 ans et « ne serait plus accepté par les majors de l'industrie pétrolière ». Donc, inutile d'investir à fonds perdus.

L'année suivante, quand la corrosion des ballasts est détectée, ils ne prennent pas les mesures qui se seraient imposées. Françoise Mothes considère qu'ils ont commis « une faute caractérisée » en ne mettant pas le pétrolier « dans de bonnes conditions de navigabilité ».

Le Rina, ensuite, ce registre italien qui vérifiait l'état du bateau. Au printemps 1999, à l'issue de la visite annuelle, il conclut « qu'il faut faire des réparations ». L'inspecteur délivre néanmoins le certificat. Une « faute d'imprudence qui engage la responsabilité pénale du Rina », estime l'avocate générale.

« Total ne pouvaitpas ignorer »

Et Total, enfin, qui « avait un pouvoir de contrôle et de direction sur le navire » et se comportait comme un « donneur d'ordres ». Elle parle de sa « frénésie d'appels » pendant le naufrage et assure : « Total était mieux informé que le Cross Etel. »

Jamais, le groupe pétrolier n'aurait dû affréter le navire, assure Françoise Mothes. Il savait que l'Erika se rapprochait de ses 25 ans. Qu'il avait porté huit noms et connu trois pavillons ¯ dont le dernier, maltais, de complaisance ¯, quatre sociétés de classification, quatre sociétés de gestion. Et que des problèmes de solidité étaient apparus sur des sisterships sortis du même chantier de construction. « Total ne pouvait pas ignorer que l'Erika était potentiellement dangereux. »

« Vous avez tous commis des fautes. Vous êtes responsables du préjudice écologique » : 400 kilomètres de côtes souillées, 150 000 oiseaux mazoutés. La magistrate demande le maximum, la confirmation des peines prononcées en première instance : 75 000 € d'amende pour Savarese et Pollara, 375 000 € à l'encontre de Total, de sa filiale TPS (relaxée en première instance) et du Rina.

11:55 Publié dans Bretagne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : erika, total

07/11/2009

Bernadette MALGORN son rendez-vous du jour!

Bernadette MALGORN était aujourd’hui sur le plateau de France 3 Région Bretagne.Dans l’émission “La voix est libre” Madame MALGORN s’est présentée encore un peu plus aux Bretonnes et aux Bretons.

02/11/2009

Les Bandits de l’UMP

Claude Guillemain : Les bandits de l’UMP sont les honnêtes gens qui soutiennent Bernadette Malgorn aux élections régionales en Bretagne. Ils sont appelés ainsi par les troupes de Goulardus 1er…

Les bandits de l’UMP sont les honnêtes gens qui soutiennent Bernadette Malgorn aux élections régionales en Bretagne. Ils sont appelés ainsi par les troupes de Goulardus Ier…