Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

01/11/2010

Le calvaire breton de Bizerte

Demat d'an holl,

Finalement on trouve tout sur Internet ! Voici le résultat de ma "peche" d'aujourd'hui.

Source: http://www.premiumorange.com/archives-autran/forum/vieill...


La présence bretonne en Tunisie ne date pas d'hier. J'en veux pour preuve ce calvaire breton à Bizerte.

Vous le trouverez même (ci-dessous) en photo "in situ" à la Pêcherie de Bizerte.


Je vais essayer de le retrouver et de faire de nouvelles photos. Si vous avez des renseignements sur ce calvaire breton de Bizerte, des documents, des photos, je vous remercie de me les adresser en copie.

 

A wir galon,

 

Claude Guillemain

Réseau des Bretons de l’Étranger

32 rue du Maroc

Marsa Corniche

2070  LA MARSA

tel fixe : 31122730

portable: 21835359

La Pêcherie (village)

Située à quelque 4 km à l'ouest de Bizerte, La Pêcherie doit son nom aux pêcheries qui s'y pratiquaient là, avant la venue des Français. Depuis, ce lieu est devenu le centre civil de la base navale de la Baie Ponty. (...) En septembre 1952, arrive un calvaire breton, sculpté par Monsieur Ruz, dans le granit de Kerventon. Le 30 novembre, Monseigneur Fauvel, évêque de Quimper et du Léon, préside une fête grandiose en l'honneur de ce calvaire. Celui-ci était en réalité l'œuvre de tous les Bretons de Tunisie qui, par leurs dons, en couvrirent les frais en totalité. Pour la circonstance, Bretons et Bretonnes revêtirent leurs pittoresques costumes et, lorsque l'évêque bénit tous les Bretons, ceux-ci répondirent d'une seule voix : Da feiz hon tadou, koz (A la foi de nos vieux pères, toujours nous tiendrons, jamais la renierons). Monseigneur Gounout et Monseigneur Perrin étaient présents.

(Documents fournis par MM. MA, de Bizerte, et SF, de Ferryville).


Commentaires

- 1969

Un calvaire breton, provenant de l’évacuation de Bizerte, a été érigé au pied de la dernière montée à la chapelle, en un lieu d’où il domine la mer.

Source : http://www.diocese-frejus-toulon.com/Historique-de-Notre-Dame-du-Mai.html
Je pense qu'il ne peut s'agir que du calvaire breton de Bizerte

Écrit par : Claude Guillemain | 16/11/2010

Les carrières
Généralités :

La pierre granitique de Kersanton¹, très recherchée jusqu’en 1945, a fait vivre plusieurs centaines d’ouvriers de la commune ou des localités environnantes. Au nombre de quatre, les carrières ont fourni la pierre pour de nombreux phares de la région, pour des églises et pour des bassins des ports de Brest et du Havre.

Après la première guerre mondiale, elle servit également à la construction de monuments commémoratifs ou d'édifices divers².

Le transport se faisait par mer ou par rail. Tantôt des charrettes transportaient la pierre, jusqu’à la gare de Daoulas,tantôt des bateaux remontaient le Camfrout à marée haute et venaient charger la "marchandise" aux abords de la cale Jeanne d’Arc.
¹ La Kersantite n’est en réalité pas un granit, car dépourvue de quartz mais un lamprophyre richeen biotite (mica noir) qui lui confère sa teinte noire si caractéristique. C’est la seule roche au monde dont le nom dérive d’un toponyme breton.

²Tel le calvaire des bretons de Bizerte.

Les carrières d’extraction de l’hôpital-Camfrout: Huit siècles d’utilisation de la kersantite Six carrières importantes, dont trois côte à côte à moins de 600 mètres du centre bourg au lieu dit Rhun-Vraz,une multitude de «trous ». Exploitées épisodiquement,elles ont été intégrées au territoire communal de L’Hôpital-Camfrout lors de la refonte des limites administratives de 1946.

source ! http://www.lhopital-camfrout.fr/fr/actualite/13049/les-carrieres

Écrit par : Claude Guillemain | 16/11/2010

Le Calvaire Breton de Bizerte a été érigé à l'altitude 315 mètres, au départ de la montée finale à la chapelle Notre-Dame du Mai, paroisse de Six-Fours-Les Plages-Sainte Anne, département du Var.

Sculpté en 1951, il a été acheminé à Bizerte à bord de « La Jeanne » en 1952, offert au diocèse qui l'édifia en 1969.

"Rapatrié" en 1969 à Six-Fours à la chapelle Notre-Dame-du-Mai.

Dieu notre Père, nous voici parvenus au pied de ce calvaire. En le contemplant, permets que nous découvrions dans la croix de ton fils ressuscité, la Pâques offerte à tous les hommes, au-delà de leurs douleurs présentes, et puisque ce monument est un calvaire breton rapatrié de Tunisie pour être érigé en ce haut lieu de notre Provence, donne-nous comprendre que la croix du Christ est ce point mystérieux où convergent et se rencontrent toutes les différences qui font l'humanité.

Pater, Ave, Gloria.

Écrit par : Claude Guillemain | 16/11/2010

Les commentaires sont fermés.