Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

18/11/2011

Les bretonnismes de retour : 11ème meilleure vente d'essais en France (source Ipsos)

noname-1.JPG

noname.JPG

02:04 Publié dans Bretagne | Lien permanent | Commentaires (0)

03/11/2011

BRETONS - Ils sont partout

 

Une seule région vous manque et tout est dépeuplé ! Pas pour les Bretons, voyageurs historiques, qui traversent mers et océans, avec toute leur culture dans une valise à roulettes ! Véritable diaspora, la communauté bretonne de l'étranger tisse sa toile en dehors des terres de France et d'Armorique au gré des Fest Noz, crêpes et galettes, bagad à distance


Les Bretons sont partout. Entre les cyber-fest-noz, les drapeaux gwen ha du sur le Taj Mahal ou le Fuji-Yama, les ambassades de Bretagne à l'étranger, impossible de se sentir déraciné. De la Belgique à San Francisco en passant par Bangkok, il n'est pas rare de croiser un Bigouden en goguette.

 

Les Bretons de l'étranger, toute une Histoire
Enormément de Bretons (photo AFP) sont partis à la découverte d'autres contrées. On pense bien sur à Jacques Cartier, le célèbre Malouin qui a découvert le Canada ; au Quimpérois René Madec qui a fait fortune en Inde ; à Pierre-Olivier Malherbe, né à Vitré, et considéré comme le premier voyageur à avoir effectué le tour du monde par voie terrestre au XVIe siècle, une sorte de Marco Polo breton. Tous ces voyages passionnent, à tel point que le Musée de Bretagne (Rennes) consacrera en 2013 une exposition aux Bretons d'origine étrangère et aux Bretons ayant émigré !

Les Bretons, les vrais
Pour Frédéric, expatrié à Jakarta, en Indonésie "être Breton, cela veut dire être attaché à sa région d'origine, sa terre, ses traditions, sa culture et ses valeurs." Au travers de son rôle d'ambassadeur de Bretagne en Indonésie, il apprécie de pouvoir "se retrouver entre Bretons pour parler des mêmes sujets et pour partager l'art culinaire breton." Pour lui, s'expatrier est presque une évidence. "De par son histoire, la Bretagne au travers de ses congénères a toujours engendré de grands navigateurs et explorateurs. Je pense que c'est sur les traces de ces aventuriers que les Bretons ou les amis de la Bretagne à l'étranger se reconnaissent." Laurent, lui, vit en Thaïlande et accorde beaucoup d'importance à "faire voir aux autres que la Bretagne ça n'est pas simplement une région de France mais bien une identité à part entière avec une culture, une longue histoire et deux langues : le Breton et le Gallo."

Les Bretons, les discrets
De son côté, Charles Kergaravat est l’archétype des Bretons américains de la seconde génération. Né à New York, de parents bretons venus travailler dans la restauration, il a toujours gardé un lien très particulier avec la terre de ses ancêtres, malgré une éducation classique à l’américaine. “Quand j’étais enfant, je vivais la Bretagne à la maison. Mes parents étaient tous deux bretonnants et j’ai gardé en mémoire beaucoup de mots et d’expressions en langue bretonne. Je passais aussi tous mes étés à Elliant, le village natal de ma mère. Mon identité profonde est un peu celle de nombreux New-Yorkais, partagés entre deux cultures qui cohabitent très bien ensemble : je me sens à la fois Breton et Américain.” Et même pour les plus réticents, il y a bien un petit quelque chose. Pour Chloé de Hanoi, c'est une évidence : "Je suis née en Bretagne mais je n'ai jamais été très proche de la culture bretonne. A ceci près que j'ai toute ma jeunesse mangé des galettes le vendredi, lu les panneaux sur les routes en breton, vu le Front de Libération de la Bretagne taguer les murs des préfectures et surtout adoré voir la mer déchainée en plein hiver alors que le vent souffle et que le crachin se mêle aux embruns ! Alors forcément, ça crée des liens qu'on n'oublie pas, même à des milliers de kilomètres !"

Les réseaux des Bretons à l'étranger
Ambassade de Bretagne, BZH Network, Bretons du bout du monde, etc., les réseaux des Bretons exilés foisonnent. Ils ont tous pour vocation de promouvoir la culture bretonne tout en mettant en synergie les personnes attachées à cette même culture. On peut lire sur la page d'accueil du site de l'association Bretons du Monde qu'elle "rassemble les personnes originaires de Bretagne ou se reconnaissant dans l'identité bretonne. Bretons du Monde est ouverte à tous, sans distinction de sensibilité politique ou de religion. Consciente de l'histoire, l'émigration bretonne a produit une diaspora nombreuse et active. Bretons du Monde considère que cette diaspora est une chance pour la Bretagne dont elle favorise le rayonnement dans le monde entier, contribuant ainsi à maintenir une identité bretonne ouverte." Alors les Bretons de l'étranger utilisent ces réseaux pour demander des conseils pratiques à leurs "compatriotes" : trouver un avocat d'affaires pour monter son entreprise, annoncer la retransmission sur TV5 de la grande parade du festival Interceltique de Lorient, organiser des cybers Fest Noz, diffuser l'adresse de l'épicerie où l'on trouve de la farine de blé noir …

Les retrouvailles
Mais bien loin des réseaux officiellement établis sur le net, comme l'écrit fort justement Raphaël, expatrié au Tchad, "il y a une vraie solidarité bretonne ... surtout en matière culinaire ! On ne verra jamais un bourguignon demander à ce qu'on lui ramène de la moutarde de France, par contre on verra un Breton demander à un autre Breton de la fleur de sel ou de la farine de blé noir ..." A New York, depuis 1955, les Bretons se retrouvent au Stade breton tous les dimanches pour jouer au foot. En Guadeloupe, Yannick, professeur d'histoire-géographie, anime chaque samedi sur l'île le bagad Karukéra : "Nous partageons notre musique et nos danses avec nos frères créoles et antillais, c'est le "Liyannaj", le lien culturel. Grâce à ce métissage culturel, le bagad Karukéra développe une sonorité particulière, mêlant bombardes, cornemuses, caisses claires, gwo ka, cha cha, danses bretonnes et traditionnelles guadeloupéennes." Bref, entre Bretons, on se comprend et on se serre les coudes !

Kenavo !

Claire Largillière (www.lepetijournal.com) lundi 31 octobre 2011

Petit lexique :
Bagad : orchestre breton
Fest Noz : fête traditionnelle bretonne
Kenavo : au revoir !

A lire :

 

FOCUS - Des entreprises bretonnes s'exportent en Asie du Sud-Est, un article de notre édition de Singapour
CORSES DE LONDRES - "On est toujours corse dans l'âme",
un article de notre édition de Londres