Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

26/05/2010

Interdire Bécassine

 

Après Tintin au Congo, c’est Bécassine qu’il faut interdire au nom de la correction politique universelle et obligatoire. C’est ce que réclame le CRAB, le fameux Conseil Représentatif des Associations Bretonnes, et non des Alcooliques Bretons comme le susurrent certains mauvais esprits. Il s’agirait non seulement d’interdire toute réédition de ces consternants albums enfantins mais aussi de détruire, par le feu de préférence, les exemplaires encore en vente chez les bouquinistes ou illégalement détenus par des particuliers de France, de Navarre et même de Bretagne.

La raison de cette revendication est évidente pour tous ceux qui ont eu l’occasion de les feuilleter, fut-ce par inadvertance : ils véhiculent un racisme anti-breton particulièrement infect en présentant systématiquement les bonniches armoricaines comme autant d’abruties même pas capables de servir une (vraie) galette-saucisse à leurs maîtres sans casser la vaisselle.

Et ça fait plus d’un siècle que le scandale dure dans une indifférence aussi coupable que quasi-générale. Depuis 1905 en fait, date à laquelle ce dangereux brulot que fut la Semaine de Suzette a entrepris de véhiculer, dans l’esprit de nos chères têtes blondes et sur fond d’idéologie ouvertement colonialiste, l’idée que la domesticité bretonne ne serait qu’un ramassis d’attardées à peine bonnes à servir de paillasson à leurs maîtres parisiens.

Le temps n’est plus où ces derniers pouvaient rire impunément de la naïveté et des mimiques puériles des indigènes dansant le kost ar c’hoad au son du biniou. De nombreuses recherches menées par le CNRS ont en effet démontré que le folklore armoricain était l’expression populaire d’une civilisation aussi brillante que victime d’uneacculturation brutale imputable à l’impérialisme français.

C’est pour ces nobles raisons que « Restons Correct ! » s’associe sans réserve à l’entreprise initiée par les vaillants militants du CRAB pour faire respecter l’indispensable devoir de mémoire ancillaire que la collectivité nationale doit aux Bécassines outrageusement humiliées et exploitées par la bourgeoisie.

Comme il est avéré que, depuis le procès intenté à Tintin au Congo par un collectif d’esprits aussi éclairés que respectueux de la Liberté d’expression, le ridicule judiciaire ne tue pas, nous irons s’il le faut devant les tribunaux de la République pour obtenir l’interdiction de Bécassine.

C’est d’autant plus indispensable que, avec la probable suppression de l’abattement fiscal au titre des emplois à domicile, il se pourrait bien que les dernières bonnes péninsulaires rejoignent prochainement le thon rouge sur la triste liste des espèces en voie de disparition…

Source : http://www.reseauliberte.eu/?p=55

18:58 Publié dans Bretagne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bretagne, bécassine

17/04/2010

Nous avons attendu longtemps...

ghd.jpg
"Nous avons attendu longtemps je ne sais quel sursaut organique du peuple breton, comme si cette multitude dispersée, compartimentée, tiraillée, diverse à l'infini, pouvait se relever d'elle-même, et mettre une volonté au service d'un but. Nous étions dupes d'une vieille croyance et d'une vieille illusion française.  Rien ne se fait de juste, d'utile, de collectif même, que par des hommes déterminés ayant un caractère et un nom bien à eux. Les chansons populaires ne sont pas miraculeusement écloses des lèvres « du peuple ». Elles ont été laborieusement ânonnées, composées une à une, par des poètes rustiques et patentés, par quelques Iehan ab Iehan ou quelques Cado berr-e-houc, dont les vies sans éclat ont été oubliées.  Il y a toujours des hommes qui créent; il y aura toujours des hommes qui mènent.  Le plus souvent, l'acte collectif spontané est confus et mou dans son contenu comme dans son contour. La foule sent qu'il faut faire quelque chose, mais elle ne sait pas quoi : elle oscille. Arrivée au carrefour, elle fait des remous. Quelle direction prendre ? A l'Elysée ? A la Chambre ? A la Maison du Peuple ?  Un homme sauve la foule du désordre et de la déroute Il intervient avec un plan, fruit de son originalité individuelle. Son geste volontaire transforme l'événement mou en événement saillant. Il crève le placenta du collectif, et délivre la force aveugle dans une direction donnée. L'arbitraire humain est intervenu : le héros a libre carrière.  L'erreur à extirper : la vérité, la beauté, la souveraineté viennent de la collectivité. — La figure à remiser : la masse agissante.  La vérité vient de « Dieu ». Seul, l'homme qui entend en lui la voix de Dieu, peut se faire une idée de la vérité.  La beauté, elle est aux rares inspirés. Elle est au berger qui compose un chant plaintif de cinq notes sur un flûtiau, comme elle est à Bach et à Rodin. Elle n'est pas à la foule du trottoir.  La souveraineté, elle n'a jamais été qu'à ceux qui savent la prendre : aux menteurs et aux gens sans honneur aujourd'hui. Demain, aux forts et aux meilleurs, aux grands frères du peuple, à ses guides selon le sang et selon la vérité, dès qu'aura changé la règle du jeu."

Stur, avril 1937.

19:50 Publié dans Bretagne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : stur, mordrel, breizh

03/03/2010

Ce soir sur France 3 : Des racines et des ailes en Bretagne

france-3.jpg

Ce soir à partir de 20h35 sur France 3, un nouveau numéro du magazine « Des racines des ailes ».

« La Bretagne du Cœur » :

" Bretagne au cœur " nous emmène à la rencontre de passionnés qui s'engagent en faveur de tous les patrimoines de leur région. Dans le domaine de la préservation et de la mise en valeur du patrimoine naturel, est tentée, à la pointe du Finistère, une expérience inédite avec le parc marin d'Iroise. Le patrimoine sacré de Bretagne — en particulier ses innombrables et précieuses églises de village — est au centre de toutes les attentions et génère une large mobilisation des populations. L'histoire de la Bretagne et le patrimoine qui en témoigne aujourd'hui font également l'objet de recherches, qui permettent à tous de mieux comprendre ses relations tumultueuses avec le royaume de France, ainsi que la fortune de ses marchands au XVIe siècle.

Thierry Canteri est directeur du parc marin d'Iroise dans le Finistère ; protéger ce patrimoine culturel et naturel, tout en permettant aux activités humaines de s'épanouir, tel est l'objectif de Thierry. Ce parc possède, entre autres richesses, une des seules colonies de phoques gris en France et le plus vaste champ d'algues d'Europe. Thierry Canteri nous présente également un autre exemple de développement durable sur l’île de Quéménès, située dans l’archipel de Molène. Un jeune couple, David et Soizic Cuisnier, y fait revivre une ferme insulaire.

Marie-Suzanne de Ponthaud, architecte en chef des monuments historiques, voue, quant à elle, une véritable passion au patrimoine sacré de Bretagne. Des églises et des abbayes à l’architecture et aux décors très originaux: cernés par des enclos paroissiaux, leurs calvaires sont de véritables chefs d’œuvre. Au cœur de l’église du village de La Martyre, Marie-Suzanne dirige la restauration de superbes vitraux du 16ème siècle. A Landéda, dans le Finistère, elle restaure aussi une église abbatiale dont la toiture est tombée il y a près d’un siècle : l’abbaye Notre-Dame des Anges. En restituant le toit d’origine du bâtiment, elle espère contribuer à sauvegarder l’une des dernières carrières d’ardoise de Bretagne.

Nicolas Fauchère, historien et archéologue, est passionné par la Bretagne, ses personnages mythiques et ses châteaux légendaires. Le long de l’ancienne frontière qui séparait autrefois le duché de Bretagne du royaume de France, il croise Gilles de Retz - le plus grand tueur en série de notre histoire ; le duc François II, qui ne put résister aux armées du roi de France ; sa fille Anne, qui ne parvint pas à empêcher le rattachement du duché de Bretagne, en 1532.
Nicolas Fauchère nous entraîne à Vitré, une ville profondément transformée à la Renaissance par la confrérie des Marchands d’Outre-Mer.

16:23 Publié dans Bretagne | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : france 3, bretagne