Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

28/10/2008

La passion de la Bretagne jusqu'au bout

Ouest-France
Yvonig Gicquel. : Ouest-France

L'historien Yvonig Gicquel, également président de l'Institut culturel breton, a succombé à un malaise cardiaque samedi.

Il avait eu 75 ans en juin. Ce même mois sortait son dernier livre, un pavé de 3 kg et riche de 544 pages consacrées à la Chambre de commerce et d'industrie du Morbihan, instance qu'il dirigea pendant plus de trente ans. De par son sujet, La chambre de commerce et deux siècles d'économie du Morbihan (1807-2007) aura forcément moins de succès que sa trilogie remarquable sur la famille de Rohan ou Le Combat des Trente, récit sur la guerre de succession de Bretagne.

Mais son ultime ouvrage, comme les autres, témoigne de l'attachement viscéral de ce natif de Josselin à la péninsule, à son essor économique, culturel et à son histoire.

« Un militant infatigable »

On retrouve cette passion dans ses engagements : fondateur du Cercle celtique de Josselin, président de la confédération culturelle Kendalc'h de 1973 à 1982, de la coopérative culturelle Coop Breizh de 1982 à 2003 et de l'Institut culturel de Bretagne. Fatigué après un malaise cardiaque, et en attente d'une opération à coeur ouvert, il venait de renoncer à ce dernier mandat.

Militant, élu politique (il exerça plusieurs mandats comme opposant UDF au conseil municipal de Lorient), Yvonig Gicquel fut en 1976 un des artisans d'une négociation avec l'État qui aboutit, l'année suivante, à la Charte culturelle bretonne.

À Ploemeur, ce Breton érudit habitait à cinquante mètres d'un autre Breton de coeur, Polig Monjarret. Le fondateur de Bogadeg ar Sonerien et le président de Kendalc'h s'étaient opposés au moment de la scission de leurs mouvements, mais avaient gardé « des rapports courtois », se rappelle Jean-Pierre Pichard, qui le connaissait bien. Yvonig Gicquel resta vingt ans au conseil d'administration du Festival interceltique de Lorient.

À l'annonce de son décès, le président du Conseil général de Bretagne, Jean-Yves Le Drian, a rendu hommage à « l'historien, érudit, militant infatigable de l'identité bretonne ». De son côté le Parti Breton salue « la mémoire d'un grand patriote breton qui a toujours souhaité redonner toute sa place à l'histoire nationale du peuple breton ». Yvonig Gicquel a été décoré de l'Ordre de l'Hermine en 1994.

Jérôme GAZEAU.

• Les obsèques d'Yvonig Gicquel seront célébrées mercredi, à 14 h 30, en la basilique Notre-Dame-du-Roncier, à Josselin.

http://www.ouest-france.fr/La-passion-de-la-Bretagne-jusq...

06:46 Publié dans Bretagne | Lien permanent | Commentaires (0)

16/10/2008

Bretagne

La Bretagne ça vous gagne !

 

On a tous l’image de la  pointe du Raz où s’abattent les déferlantes par gros temps, image qui évoque à merveille le caractère préservé de la Bretagne. Terre indissociable de la mer, de multiples endroits feront chavirer les visiteurs et les pousseront à mouiller l’ancre dans tel ou tel port. De  Belle-Île **** à l’île d’Ouessant **** en passant par la célèbre Pointe du Raz ****, les amoureux de la nature ne regretteront pas leur choix ! Alors n’attendez plus, larguez les amarres pour cette belle contrée !

La Bretagne côté mer


En Bretagne nord, sur la  Côte d'Emeraude **** , la réputation de Saint Malo **** n’est plus à faire. Joyau baigné par une mer émeraude, la cité corsaire se découvre du haut de ses remparts. Dinard ** et ses élégantes villas a un côté huppé qui n’est pas pour déplaire. Si vous avez soif de calme, une petite escapade sur l’île de Bréhat ***, en particulier au printemps, est tout indiquée. Des rochers roses,une végétation luxuriante, des phares pittoresques et une absence totale de véhicules sont quelques-uns de ses atouts.

 

IMG_0532.JPG

l'île Renote

La Grève Blanche à Trégastel
Photo Henri Baillavoine

La  côte de Granit rose **** est surprenante pour qui la découvre pour la première fois. Cette succession d'anses et de blocs granitiques forment un relief découpé, digne de la dentelle des crêpes bretonnes ! A Trégastel-Plage****, tout comme le long du sentier des douaniers de Perros-Guirec, on reste médusé par ces gros rochers roses, qui ont pris des formes variées, sous l'action millénaire de l'eau et du vent, comme autant de sculptures réalisées par Mère Nature.

A la pointe de la Bretagne, le Finistère présente le visage le plus sauvage de la Bretagne. L’île d’Ouessant, où le temps ne semble pas avoir de prise, ravit par ses paysages sauvages balayés par les embruns. Une balade jusqu’à la pointe de Pern est incontournable pour profiter du spectacle continuel des vagues s’écrasant sur les rochers dans un bruit assourdissant. On pourra même se laisser tenter et passer la nuit dans cette zone naturelle protégée. Non loin, la  Presqu’île de Crozon *** ressemble à un tableau vivant. Les contrastes entre les falaises, la mer et la lande donneraient envie à n’importe quel peintre d’y poser son chevalet. La ribambelle de Pointes (Pointe de Penhir, Pointe de Dinan, Pointe des Espagnols) offre de superbes points de vue, notamment depuis le fameux Cap de la Chèvre. En suivant les sentiers sur les hautes falaises, on profitera pleinement de cette terre sauvage.

Quant à la très célèbre Pointe du Raz, elle pâtit simplement de son succès. Ce promontoire rocheux qui fait face à la mer et aux courants les plus violents est un site magnifique, classé "Grand Site National", qu’il faudra partager avec des visiteurs plus ou moins nombreux selon la période de l’année. A quelques encablures de là, Locronan, un charmant petit village breton, sera l’endroit idéal pour faire étape et découvrir les traditions bretonnes.

Le Morbihan n’est pas en reste.  Belle-Ile ***, la bien nommée, peut s’enorgueillir de jolis vallons, de charmantes criques, de petits ports et d’une remarquable citadelle ***. La fameuse la pointe des poulains *** enchantera les photographes amateurs. Le Golfe du Morbihan **** attire également les foules. Rien de tel qu’une balade en bateau pour découvrir cette petite mer intérieure constellée d’îles et d’îlots. Si vous choisissez de suivre la côte, vous pourrez voir quelques sites mégalithiques bretons comme « La Table-des-Marchands ».

La Bretagne côté terre

Comme on vient de le voir, la Bretagne regorge de superbes côtes mais il ne faudra cependant pas délaisser l’intérieur des terres qui recèle un riche patrimoine naturel et historique. Enclos paroissiaux, calvaires et musées retracent l’histoire tumultueuse de cette région de France.

Rennes *** , capitale régionale aujourd’hui tournée vers les nouvelles technologies, n’a rien perdu de son esprit breton. Elle conserve de belles maisons à pans de bois et d’agréables places pavées. Le Parlement de Bretagne mérite une petite visite, ne serait-ce que pour que pour sa riche décoration intérieure. Si le soleil est de la partie, poursuivez par un petit tour dans le jardin du Thabor, ce parc de 10 hectares au cœur de la ville est très apprécié des Rennais.

A une cinquantaine de kilomètres de Rennes,  Fougères* possède un remarquable château médiéval**, un parfait exemple des structures défensives de cette époque.

Peu connu,  Huelgoat** est un site inhabituel. Imaginez un enchevêtrement de gros blocs granitiques au cœur d’une forêt… Ce lieu étonnant, parcouru de chemins de randonnées, a alimenté bien des légendes.

Nantes qui a longtemps oscillée entre ville bretonne et ville de Loire, s’illustre par son patrimoine architectural. Sa grande cathédrale de style gothique flamboyant rappelle que le duché de Bretagne a été l’un des plus puissants de France en son temps. Parmi les autres chefs d’oeuvre d’architecture, citons le Château des Ducs de Bretagne, l’élégant passage Pommeraye, les hôtels particuliers de l’île Feydeau et la typique Tour Lu. Enfin, si vous souhaitez échapper un instant au tumulte de la ville, rendez-vous à l’île de Versailles. Située en plein cœur de Nantes, ce petit havre de paix abrite un jardin japonais composé de pièces d'eau et de rochers. L’idéal pour rester zen !

Villes / Régions - Bretagne

Côtes-D'Armor : « Trégastel » , par Henri Baillavoine, Ile de Brehat, Perros Guirec, Treguier

Finistère : Audierne, Benodet, Crozon, Guimiliau, Huelgoat, Lampaul Guimiliau, Le Folgoet, Locronan, Loctudy, Morlaix, Penmarch, Pleyben, Pont l'Abbe, Quimper, Saint Thegonnec

Ille-et-Vilaine : Dinard, Fougeres, Rennes, Saint Malo, Vitre

Morbihan : Josselin, Kernascleden, Vannes

Zone géographique : Val André, Côte d'Emeraude, Golfe du Morbihan, Belle-île, La Cornouaille, Le Ménez Hom, Pointe de la Torche, Pointe du Raz, Pointe du Van, Baie de Morlaix, La côte de Granit Rose, Côte de Granit rose, Le lac de Guerlédan, Ile d'Ouessant, Les Montagnes Noires, Les Abers, Monts d'Arrée, La Vallée de la Rance

 

Aller plus loin - Bretagne

Carte d'identité

 

Histoire

 

Tous vos conseils

 

Sondage

 

10:46 Publié dans Bretagne | Lien permanent | Commentaires (0)

22/09/2008

Une longue histoire....

   


Etats Généraux, certes, mais « Etats Généraux des Pays » : les 27 et 28 octobre 2008, dans la bonne ville de Caen, sous l’égide de l’Association de Promotion et de Fédération des Pays…

Une Association présidée à ce jour par Emile Blessig, député maire de Saverne.

Un « lieu » où le souci des Pays accorde des femmes et des hommes de diverses sensibilités comme Jean Glavany, ancien ministre, du pays du val d’Adour, Marylise Lebranchu du Pays de Morlaix-Léon nord, Monique Beviere du Gâtinais, J.P. Balligand du pays de Thiérache ou Christian Nucci du pays de Bièvre Valloire. Eric Valin y représente le Carrefour des Acteurs Sociaux au comité d’orientation stratégique.

Renseignements : catherine.sadon@ p-l-c.fr
ou sur le site : http://www.pays. asso.fr/rubrique .php3?id_ rubrique= 14

Des enjeux de taille : Les pôles d’excellence rurale
http://www.pays. asso.fr/rubrique .php3?id_ rubrique= 15

Aujourd'hui près de 350 Pays sont recensés, organisant une grande partie du territoire national et entièrement certaines régions. Instances de coordination et de concertation pour élaborer et conduire une stratégie de développement, les Pays s'affirment en France comme :

 Niveau de coopération entre intercommunalités,

 Echelle de solidarité et de coopération entre espaces ruraux et urbains,

 Outil d'implication des acteurs économiques et sociaux à partir des conseils de développement.

L'APFP entend contribuer à la poursuite de cette politique de Pays qui, comme l'indique désormais la loi, « constitue le cadre de l'élaboration d'un projet commun de développement durable destiné à développer les atouts du territoire considéré et à renforcer les solidarités réciproques entre la ville et l'espace rural » et alors même que l'organisation des territoires est désormais considérée comme l'un des ressorts essentiels de la compétitivité et de la solidarité.

Au sein des territoires de projet, les Pays sont particulièrement adaptés pour :
- affronter les enjeux de la périurbanisation et dépasser une approche réduite aux aires urbaines de plus de 50 000 habitants,
- optimiser les nouvelles potentialités des territoires de développement, notamment aujourd'hui en terme d'économie résidentielle,
- améliorer les services à la population et les services publics, en lien avec les EPCI.

Malgré leur réel impact sur le terrain, les Pays souffrent encore d'un certain déficit d'expression nationale. Après les inquiétudes manifestées sur la pérennité des Conseils de Développement, des incertitudes existent pour l'avenir, à la fois en termes d'appui à l'ingénierie, de capacité à aboutir à des contrats de qualité, et enfin de prolongement du volet territorial des CPER au-delà de 2006.

http://poles- excellence- rurale.diact. gouv.fr/article. php3?id_article= 400

Nos pays sont une réalité « charnelle » : faire que leurs cœurs battent à l’unisson de la France…

Portemont, le 21 septembre 2008





 

 

 

20:15 Publié dans Bretagne | Lien permanent | Commentaires (0)