Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

17/04/2010

Nous avons attendu longtemps...

ghd.jpg
"Nous avons attendu longtemps je ne sais quel sursaut organique du peuple breton, comme si cette multitude dispersée, compartimentée, tiraillée, diverse à l'infini, pouvait se relever d'elle-même, et mettre une volonté au service d'un but. Nous étions dupes d'une vieille croyance et d'une vieille illusion française.  Rien ne se fait de juste, d'utile, de collectif même, que par des hommes déterminés ayant un caractère et un nom bien à eux. Les chansons populaires ne sont pas miraculeusement écloses des lèvres « du peuple ». Elles ont été laborieusement ânonnées, composées une à une, par des poètes rustiques et patentés, par quelques Iehan ab Iehan ou quelques Cado berr-e-houc, dont les vies sans éclat ont été oubliées.  Il y a toujours des hommes qui créent; il y aura toujours des hommes qui mènent.  Le plus souvent, l'acte collectif spontané est confus et mou dans son contenu comme dans son contour. La foule sent qu'il faut faire quelque chose, mais elle ne sait pas quoi : elle oscille. Arrivée au carrefour, elle fait des remous. Quelle direction prendre ? A l'Elysée ? A la Chambre ? A la Maison du Peuple ?  Un homme sauve la foule du désordre et de la déroute Il intervient avec un plan, fruit de son originalité individuelle. Son geste volontaire transforme l'événement mou en événement saillant. Il crève le placenta du collectif, et délivre la force aveugle dans une direction donnée. L'arbitraire humain est intervenu : le héros a libre carrière.  L'erreur à extirper : la vérité, la beauté, la souveraineté viennent de la collectivité. — La figure à remiser : la masse agissante.  La vérité vient de « Dieu ». Seul, l'homme qui entend en lui la voix de Dieu, peut se faire une idée de la vérité.  La beauté, elle est aux rares inspirés. Elle est au berger qui compose un chant plaintif de cinq notes sur un flûtiau, comme elle est à Bach et à Rodin. Elle n'est pas à la foule du trottoir.  La souveraineté, elle n'a jamais été qu'à ceux qui savent la prendre : aux menteurs et aux gens sans honneur aujourd'hui. Demain, aux forts et aux meilleurs, aux grands frères du peuple, à ses guides selon le sang et selon la vérité, dès qu'aura changé la règle du jeu."

Stur, avril 1937.

19:50 Publié dans Bretagne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : stur, mordrel, breizh

31/08/2009

Parti breton et UDB. Pas d’alliance en perspective

Où l’on assiste, en direct, au refus cinglant de l’UDB de s’allier avec le Parti Breton…

L’UDB est plus un parti de gauche français qu’un parti breton fédéraliste ou autonomiste. Le masque est tombé.

De l’autre côté, le Parti Breton, dernier avatar d’un Emsav qui n’arrive pas à se renouveler et qui tente de faire croire au Père Noël.

Une seule ligne de conduite doit animer la majorité présidentielle: rassembler pour gagner les Régionales, pour une Bretagne forte, pour une Bretagne européenne.

Nous remercions tous ceux qui nous rejoint dans ce combat contre Le Drian et sa clique.

Pour BREIZH 2004
Le Président

Claude GUILLEMAIN

44, rue Léon Durocher

22730 TREGASTEL

breizh.2004@ gmail.com

http://www.breizh- 2004.org


Fondé en 2004, BREIZH 2004 a pour mission de soutenir et de diffuser des recherches et des textes d’opinion sur des sujets touchant le développement de la Bretagne en Europe. Lieu d’échanges, de concertation et de débats entre les groupes et les individus qui réfléchissent et agissent pour bâtir la Bretagne, BREIZH 2004 se situe au carrefour de l’observation et de l’action. Il a pour but de susciter la réflexion sur les enjeux d’actualité qui concernent la Bretagne et l’Europe. BREIZH 2004 défend le concept de fédéralisme intégral, de fédéralisme fiscal et de localisme dans le cadre des institutions et dans le cadre de la société.

24/12/2007

Ar Mestr braz an holl er bed

2333ed0f3f2ff6d4e4ff0dcd51596a3a.jpg

 

En un taol 'kreiz an noz eo ganet war ar maez, en ur c'hozh kraou disto, 'kreiz an dristidigezh, C'hwi her c'havo eno, dister etre daou loen 'vit tommañ e vemproù n'en deus 'met o alan.
Eno e vo gwelet Mestr bras an holl er bed war un dornadig plouz en un nev astennet eñ zeu da vezañ paour 'vit hor pinvidikaat 'vit distag ho kalon diouzh ar bed evit mat.
Il est né au milieu de la nuit dans la campagne, dans une vieille crèche, au milieu de toute tristesse vous le trouverez là-bas, entre deux bêtes il n'a que leur haleine pour réchauffer ses membres.
Là vous verrez le maître de l'univers sur un peu de paille dans une mangeoire allongé il est venu pauvre nous apporter la plus grande richesse pour délivrer nos coeurs pour de bon.