Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/02/2013

Les Petits Bretons… sablés

La Bretagne…

bretagne,gastronomie,cuisine

Lorsque nous pensons à la Bretagne nous pensons évidemment à beaucoup de choses différentes et souvent à sa gastronomie. Et à ce sujet, il faut reconnaître qu’elle reste célèbre pour ses spécialités mondialement connues qui attirent toujours des milliers de gourmets, Bretons ou non.

Il y a bien sûr les fameuses crêpes mais aussi les différents fruits de mer, le beurre… salé qui se marie si bien en tartine avec les délicieuses coques et aussi : les moules, les huitres, les crabes et leur cervelle à manger à la cuillère… en passant par l’anguille, les poissons comme la dorade ou le bar et tant d’autres mets qui déjà nous font saliver sans parler des boissons bretonnes, du cidre en passant par le calva breton, l’hydromel et le chouchen.

La Bretagne occupe dans le paysage gastronomique français une place à part, une place d’honneur, de par son histoire, ses spécificités, sa culture. Région mythique, elle reste souvent assez peu connue des Français et nous aurions tendance à espérer que cela continue, car ce pays a su protéger plus qu’ailleurs, à la fois son littoral, ses traditions et aussi son paysage. La Bretagne est en particulier une des rares régions où la politique d’installations de lignes électriques est passée résolument par l’enterrement des câbles, quitte à mettre la main à la poche.

Sagesse et fierté, courage et intelligence qualifient bien l’âme bretonne. En France, l’image répandue est toutefois assez différente, celle d’une Bretagne grise et humide, celle des tempêtes et des marins en détresse, le pays du crachin et de la pluie, des eaux froides et inhospitalières pour la baignade. Mais cette contrée magnifique est pourtant un endroit de douceur où il fait bon vivre.

De son ancienne capitale, Nantes, en passant par Vannes ou Saint-Malo, c’est toute la splendeur et la gloire d’un peuple courageux qui s’étalent à travers ses monuments, à travers son architecture, à travers sa nature et ses paysages. Un pays de cartes postales, un pays de musiciens, mais aussi un pays où il fait bon vivre, une des régions où la qualité de vie est souvent supérieure à la moyenne française et aussi surtout : où l’on mange bien… et même très bien !

Au-delà des mets de fête qui nous ramènent à la Bretagne au moment de Noël et du Nouvel an, la Bretagne est en effet l’une des régions productrices en agroalimentaire parmi les plus prolixes. Lait, beurre, produits laitiers divers, volailles, œufs, viande de porc ou de veau, choux fleurs ou artichauts, ah cette Bretagne nous régale, et pas seulement en France et bien au-delà des frontières de l’Hexagone. Elle apparaît pourtant si lointaine et parfois si inaccessible que nous en oublions quelques plaisirs simples que sont ses desserts succulents, far breton ou sablé breton… la simplicité incarnée !

C’est justement autour des sablés bretons que nous vous invitons aujourd’hui avec une recette très facile à réaliser et qui ravira vraiment les papilles de toute la famille, des plus petits (les plus intéressés), aux plus anciens (au moins aussi intéressés mais en secret !). Faites-vous plaisir et régaler vos proches et vos amis avec les sablés ou pavés bretons !

Préparation :15 minutes

Cuisson :15 à 20 minutes à 190° C

Ingrédients: pour 24 à 36 sablés

- 200 g de farine

- 150 g de beurre salé breton

- 150 g de sucre

- 2 jaunes d’œuf

- 15 g de levure

Mélangez vos ingrédients dans un grand saladier, d’abord le sucre, la farine et la levure.

Puis ajoutez le beurre mou et les jaunes d’œufs,

Réservez au frais dans un film alimentaire ou un torchon, la pâte pendant une à deux heures,

Sur un plan de travail fariné, diviser la pâte obtenue en 24 ou 36 morceaux : Prenez chaque morceau, roulez le entre vos deux paumes, aplatissez-le puis disposer le sur une plaque que vous aurez au préalable recouverte de papier sulfurisé,

Tracez avec un couteau des lignes dans un sens puis dans l’autre ou si vous en avez la patience ou l’envie des dessins de votre choix (les plus petits vont adorer !),

Vous pouvez aussi (c’est mieux) les placer dans divers petits moules ou cercles beurrés selon ce que vous possédez,

Enfournez vos sablés dans votre four, et placez la grille ou la plaque très haut dans le four,

Les sablés doivent rester blonds, et pour ceux qui se trouvent dans un moule, attendez deux minutes avant de les sortir du four, ils pourraient se briser très facilement car ils sont très friables.

Variante : Si vous avez choisi d’en réaliser seulement 24, ils auront la taille d’une petite tartelette que vous pouvez parfaitement agrémenter et garnir d’une ou de plusieurs fraises. Dans ce cas, utilisez non pas un beurre salé mais du beurre doux. Mis à part les fraises, toute une série de garnitures diverses est envisageable, de diverses préparations au chocolat, en passant par des pâtes à tartiner, confiture de lait, noix, pistaches, d’autres fruits, notamment des fruits rouges comme la framboise, la myrtille etc. Ils peuvent être également parfumés à l’aide d’agrumes, tels que le citron ou l’orange, en matière de garniture ou de variantes, seule votre imagination fixera la limite !

Bon appétit !

21/07/2011

"Les gens sérieux ont tenté de résoudre la situation. Au tour des humoristes"

Par Emmanuelle Alféef (LEXPRESS.fr), publié le 21/07/2011 à 08:00

http://www.lexpress.fr/culture/livre/bd/les-gens-serieux-...

"Les gens sérieux ont tenté de résoudre la situation. Au tour des humoristes"

Tash et Trash (Dino) volent au secours de la Belgique à la façon du Manneken-Pis: la légende raconte qu'il a sauvé Bruxelles en éteignant à sa manière une bombe posée par des ennemis.

Spirou

Le 20 juillet Spirou a fait paraître un numéro spécial "Sauvez la Belgique". Son rédacteur en chef, Frédéric Niffle, nous a expliqué sa démarche.

Comment l'idée d'un Spirou spécial "Sauvez la Belgique" est-elle née?

Depuis un an, la crise politique fait la une de tous les journaux belges. Nous avons voulu sortir ce sujet des colonnes politiques, en l'intégrant sur un support auquel on ne s'attendait pas. C'est un numéro historique, car c'est la première fois que Spirou aborde un sujet politique.

"Les gens sérieux ont tenté de résoudre la situation. Au tour des humoristes"

Comment ont réagi les dessinateurs contactés pour ce projet?

Nous nous sommes adressés à des dessinateurs des différentes communautés: Français, francophones [Belges wallons, ndlr] et néerlandophones [Belges flamands, ndlr]. Certains n'ont pas osé se lancer, les autres étaient très enthousiastes. Si l'humour flamand est anglo-saxon, l'humour francophone est plus tourné vers l'autodérision. L'humour français, lui, est centré sur les clichés.

La bande dessinée peut-elle changer les choses?

Spirou ne créera pas de prise de conscience en Belgique. Ce numéro est plutôt une bouteille à la mer à destination des autres pays. On leur montre l'absurdité de notre situation. Les gens sérieux ont tenté de résoudre la situation et ont échoué. Au tour des humoristes.

A la limite Spirou peut jouer un rôle de modérateur. Il demande aux gens de redescendre sur terre, de prendre du recul.

Peut-on imaginer des initiatives similaires en Flandre?

Les francophones souhaitent l'union, mais les Flamands ont fait peu de tentatives pour la sauver, bien qu'il y en ait eu quelques-unes dans la musique ou le théâtre.

"Les gens sérieux ont tenté de résoudre la situation. Au tour des humoristes"

Un autocollant signé Saive dans le numéro spécial de Spirou.

Spirou

Défendre la Belgique, c'est un peu être un mauvais Flamand. Les Flamands ont voté majoritairement pour un parti nationaliste, qui demande l'indépendance de la Flandre. De plus, 85% de la population flamande est de droite, alors que les caricaturistes sont plutôt de gauche: regardez Charlie Hebdo, Le Canard Enchaîné... La culture est un terreau de résistance.

Ce numéro spécial paraît-il en néérlandais?

Spirou a eu une version néerlandaise mais elle s'est arrêtée en 2006, faute de lecteurs. Cela traduit une fracture de plus. D'ailleurs, la Flandre ne s'est pas intéressée à ce numéro, contrairement aux médias francophones qui en ont largement parlé. On se pose la question de savoir si les Flamands veulent sauver la Belgique...

La crise politique belge : résumé

Cela fait plus de 400 jours qu'un gouvernement transitoire gère les affaires courantes belges. Le pays a pulvérisé le record mondial d'un pays sans gouvernement. La situation est bloquée suite aux élections législatives du 13 juin 2010 : près d'un électeur flamand sur trois a voté nationaliste, tandis que le tiers des électeurs wallons votait socialiste. Les partis ne parvenant pas à s'entendre, aucun nouveau gouvernement ne s'est formé depuis.

27/04/2011

Bretagne. Un livre pour les nuls

La collection «Pour les Nuls» vient de s'enrichir d'un nouvel ouvrage, consacré à la Bretagne. Depuis jeudi on le trouve dans toutes les librairies.

Jean-Yves Paumier, l'auteur de cet ouvrage de 500 pages, est un ancien élève de l'École Polytechnique. Il est expert en prospective et en aménagement du territoire, et dirige, à Nantes, le cabinet Atlanconsult. «C'est Jean-Joseph Julaud, qui a écrit «L'Histoire de France pour les Nuls», un livre qui s'est vendu à plus d'un million d'exemplaires, qui m'a proposé de me lancer dans cette aventure.On se connaît bien. Nous sommes tous deux membres de l'Académie littéraire de Bretagne».

Un an de travail

Jean-Yves Paumier, «Breton de coeurqui réside à Nantes», avait l'énorme avantage d'en connaître un sacré rayon sur la région. «J'ai la passion des livres, explique-t-il. Ma bibliothèque personnelle comporte 25.000 ouvrages, dont la moitié est consacrée à la Bretagne». L'auteur, qui a aussi écrit «Jules Verne, voyageur extraordinaire», paru en 2005 chez Glénat, explique avoir travaillé de 15 à 18heures par jour pour mener à bien sa mission. Avec pour fils conducteurs, la géographie, l'histoire et l'espace. «Comme il s'agissait du premier tome de la collection consacré aux régions, on m'a laissé une assez grande liberté».

Du sérieux et des anecdotes

Il a fallu parfois naviguer habilement en évitant les écueils des sujets sensibles qui émaillent l'histoire de notre région. «J'ai parfois eu beaucoup de mal à synthétiser toute cette matière. C'était très dur de faire court». Le résultat est là. «La Bretagne pour les Nuls» est une sorte d'encyclopédie de (grande) poche, dans laquelle le lecteur picore ses sujets de prédilection. Histoire, patrimoine culturel, gastronomie, signes de reconnaissance, pays... On passe d'un chapitre à l'autre très facilement. Le style est rythmé. Et la lecture ponctuée de nombreuses anecdotes. Jean-Yves Paumier tord aussi le cou à certaines idées reçues: «Il pleut davantage à Nice qu'à Brest», explique-t-il après avoir questionné les météorologues. Mais moins longtemps, assurément.


Pratique La Bretagne pour les Nuls. 500 pages. 22,90 €. First Éditions.

05:26 Publié dans Bretagne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bretagne