Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

17/01/2011

Formez-vous en breton/gallo !

i.JPG
ii.JPG
iii.JPG


18:41 Publié dans Bretagne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : formation, breton, gallo

01/11/2010

Le calvaire breton de Bizerte

Demat d'an holl,

Finalement on trouve tout sur Internet ! Voici le résultat de ma "peche" d'aujourd'hui.

Source: http://www.premiumorange.com/archives-autran/forum/vieill...


La présence bretonne en Tunisie ne date pas d'hier. J'en veux pour preuve ce calvaire breton à Bizerte.

Vous le trouverez même (ci-dessous) en photo "in situ" à la Pêcherie de Bizerte.


Je vais essayer de le retrouver et de faire de nouvelles photos. Si vous avez des renseignements sur ce calvaire breton de Bizerte, des documents, des photos, je vous remercie de me les adresser en copie.

 

A wir galon,

 

Claude Guillemain

Réseau des Bretons de l’Étranger

32 rue du Maroc

Marsa Corniche

2070  LA MARSA

tel fixe : 31122730

portable: 21835359

La Pêcherie (village)

Située à quelque 4 km à l'ouest de Bizerte, La Pêcherie doit son nom aux pêcheries qui s'y pratiquaient là, avant la venue des Français. Depuis, ce lieu est devenu le centre civil de la base navale de la Baie Ponty. (...) En septembre 1952, arrive un calvaire breton, sculpté par Monsieur Ruz, dans le granit de Kerventon. Le 30 novembre, Monseigneur Fauvel, évêque de Quimper et du Léon, préside une fête grandiose en l'honneur de ce calvaire. Celui-ci était en réalité l'œuvre de tous les Bretons de Tunisie qui, par leurs dons, en couvrirent les frais en totalité. Pour la circonstance, Bretons et Bretonnes revêtirent leurs pittoresques costumes et, lorsque l'évêque bénit tous les Bretons, ceux-ci répondirent d'une seule voix : Da feiz hon tadou, koz (A la foi de nos vieux pères, toujours nous tiendrons, jamais la renierons). Monseigneur Gounout et Monseigneur Perrin étaient présents.

(Documents fournis par MM. MA, de Bizerte, et SF, de Ferryville).


06/12/2009

Un village breton 100% écolo

Amélie Cano

Serge Moëlo (à droite), avec un des habitants de l'écohameau citoyen (photos : Amélie Cano).
Serge Moëlo (à droite), avec un des habitants de l'écohameau citoyen (photos : Amélie Cano).

REPORTAGE - S'inspirant d'exemples en Allemagne et en Autriche, ce village breton de 450 habitants vit depuis dix ans selon les principes du développement durable.

Assis dans son bureau, Serge Moëlo, le maire de Silfiac, est intarissable sur son nouveau projet : un pôle intergénérationnel, qui abritera des logements pour personnes âgées dépendantes et des studios pour les puéricultrices de la commune. Pendant qu'il parle, il ne cesse de fouiller dans les nombreux dossiers qui encombrent la pièce, avant de brandir triomphalement les plans du futur bâtiment. «Nous voulons installer une centrale photovoltaïque sur le toit, pour en faire un bâtiment à énergie positive» s'enthousiasme-t-il. Des projets comme celui-ci, Serge Moëlo en a plein la tête. Maire de Silfiac depuis 1995, c'est en grande partie sous son impulsion que cette petite commune de 450 habitants a fait le choix du développement durable, il y a près de dix ans.

 


 

Condamnée

Nichée au cœur de la Bretagne, aux confins du Morbihan, dans cette zone que l'on a souvent décrite comme désertée, voire condamnée, rien ne prédisposait Silfiac à devenir une référence en matière de développement durable. Largement tourné vers l'agriculture, le village voit peu à peu disparaître ses habitants. Au début des années 1990, son école est menacée de fermeture. «Je suis arrivé à un moment où il fallait réagir, on était au fond du trou», explique Serge Moëlo. Alors adjoint au maire, il s'évertue à sauver l'école du village grâce à des initiatives originales. Avec d'autres conseillers municipaux et les enseignants, il explique aux élèves la vie municipale. Les enfants organisent un vote dans toute la commune pour baptiser leur école, et vont jusqu'à réaliser un vrai-faux mariage breton, avec banquet et documents d'état civil à l'appui. Peu à peu, les habitants de Silfiac regardent d'un autre œil ce drôle d'adjoint aux initiatives si peu orthodoxes.

 

Hameau éco-citoyen

La commune investit dans le tourisme vert, développe des sentiers de randonnée, préserve son bocage. En 2001, elle franchit un cap. Silfiac possède une quinzaine de terrains à vendre. Le conseil municipal se prononce en faveur d'un hameau écocitoyen. Développé en Allemagne ou en Scandinavie, ce concept vise à associer normes environnementales sévères et organisation sociale responsable. «On a dû élaborer un cahier des charges, définir des objectifs en matière d'économies d'eau, d'énergie, de mixité sociale» se souvient Serge Moëlo. Une quinzaine de maisons s'élèvent aujourd'hui à la sortie du bourg. Les habitants viennent de toute la France, ravis d'avoir enfin trouvé un endroit où réaliser leur rêve écologique. D'autant que la plupart d'entre eux ont des revenus modestes, et accèdent pour la première fois à la propriété. Françoise, jeune retraitée, arrive de Paris. Elle a opté pour une maison bioclimatique, toute en bois, et se chauffe grâce à un système géothermique. «C'est un projet que je nourrissais depuis longtemps, j'ai étudié les différentes possibilités avec un cabinet d'architecte avant de me décider,» dit-elle.

 

Laboratoire à ciel ouvert

L'électricité provient des trois éoliennes qui surplombent le village, les eaux usées du bourg sont en partie assainies grâce au lagunage, les déchets sont triés, les espaces verts sont biologiques… «Cela prouve qu'il est possible de vivre de manière plus durable» affirme le maire. Des réalisations qui n'auraient pas été possibles sans le réseau de solidarité tissé avec une centaine d'autres villages bretons engagés dans le développement durable, et sans les subventions accordées par la région, le département ou l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). «Si des petites communes comme les nôtres peuvent le faire, alors les grandes villes n'ont plus d'excuses» sourit Serge Moëlo d'un air malicieux. Grâce à son dynamisme, Silfiac a pu développer l'emploi local, conserver son école, et même attirer de nouveaux habitants. Serge Moëlo, quant à lui, a atteint l'objectif qui lui tient à cœur : redonner aux habitants une meilleure opinion d'eux-mêmes. «On a longtemps vu la campagne comme un univers en perte de vitesse, uniquement voué à la désertification. Aujourd'hui, ils se rendent compte qu'ils peuvent être porteurs de solutions, que le monde rural est au cœur des enjeux de notre société».

10:58 Publié dans Bretagne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : village, breton, écolo