Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

04/10/2009

Référendum irlandais. Le "oui" l'emporte avec 67,13% des voix

Les résultats sont définitifs, les Irlandais ont voté "oui" à 67,13% lors du référendum sur le traité européen de Lisbonne.

Sur les 43 circonscriptions que compte l'Irlande, seules deux situées dans le nord-ouest ont majoritairement rejeté le traité, et encore de justesse. Parmi les autres, 31 ont basculé du "non" en 2008 au "oui" cette année, parfois dans des proportions importantes. 
Ainsi, dans le sud-ouest de Dublin, banlieue populaire et bastion du "non" où il avait recueilli environ 65% en 2008, 59% des votants ont approuvé le traité.
Le vote le plus massif en faveur du traité a été recueilli dans une circonscription du nord de Dublin, avec 82% de "oui".

Source : http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/mon...

La Bretagne salue le "oui" irlandais ! Bevet Iwerzhon !

Envoyez cet article sur Blogmarks

    15/10/2008

    L’Irlande sur le déclin

    L’ancien “Tigre Celtique” devrait connaître la récession selon l’Economic and social research institute. Après des décennies de taux de croissance insolents, l’Irlande est terrassée par la crise du crédit.

    L’Irlande, autrefois surnommée le “Tigre celtique” et enviée par les autres pays européens pour ses taux de croissance insolents, va plonger cette année dans la récession, touchée de plein fouet par la crise du crédit, a prévenu mardi un institut de conjoncture local.

    Dans son dernier bulletin trimestriel, l’Economic and social research institute (ESRI) a dit tabler désormais sur un repli de 0,4% du produit intérieur brut (PIB) cette année.

    Cela représente un abaissement drastique de ses prévisions, par rapport à son précédent bulletin trimestriel publié en mars, dans lequel l’institut très réputé dans l’île disait encore tabler sur une croissance de 1,8%.

    Une telle récession serait la première depuis 1983, soit un quart de siècle, a remarqué l’ESRI, qui n’a cessé de revoir à la baisse ses prévisions depuis l’éclatement de la crise financière internationale l’été dernier.

    Le choc serait d’autant plus douloureux que l’Irlande affichait jusqu’ici des taux de croissance parmi les plus élevés en Europe. Celle-ci avait dépassé 10% au début de la décennie, et s’élevait encore à 5,3% l’an dernier.

    La crise des “subprime” avait déjà commencé à peser sur un des secteurs clés de l’économie irlandaise, particulièrement sensible à la conjoncture américaine: le bâtiment.

    La construction de logements, jusque-là florissante, et l’une des principales sources d’emploi du pays, s’est en effet effondrée ces derniers mois sous l’impact du renchérissement des conditions du crédit, d’une remontée du chômage, du pétrole cher et de l’appréciation de l’euro.

    Mais depuis le printemps, la morosité s’est répandue dans le reste de l’économie et a sapé un autre moteur de la croissance du Tigre celtique: la consommation des ménages.

    “Dans nos précédents bulletins, l’abaissement des prévisions s’expliquait par l’accélération du retournement du secteur du BTP. Cette fois, c’est la révision à la baisse de la consommation qui a contribué le plus au nouvel abaissement” , a indiqué l’ESRI, qui ne table plus que sur une hausse de 1% de la consommation cette année, contre 6% en moyenne les trois années précédentes.

    L’institut prévoit aussi que le déficit public brisera le plafond de 3% fixé par le Pacte de stabilité et de croissance européen, pour grimper l’an prochain à 3,9%, ce qui risque de lui attirer les foudres de la Commission européenne.

    Cette récession annoncée risque donc de compliquer la tâche du nouveau Premier ministre, Brian Cowen, qui a succédé le mois dernier à Bertie Ahern.

    Alors que le règne de son prédécesseur avait été marqué par une vague de prospérité exceptionnelle et l’accord de paix historique en Irlande du Nord, M. Cowen voit déjà les soucis s’accumuler, avec le rejet du Traité de Lisbonne par les électeurs irlandais.

    Autre conséquence, l’Irlande, qui avait accueilli de nombreux immigrés ces dernières années, et notamment des contingents importants d’expatriés américains et européens, devrait redevenir une terre d’émigration: elle devrait enregistrer 20.000 départs nets l’an prochain, a prédit l’ESRI.

    L’économie irlandaise devrait toutefois se redresser un peu l’an prochain. En 2009, l’ESRI continue à prévoir un rebond “modeste” de l’économie irlandaise, mais ne table plus que sur une croissance de 1,9% du PIB, contre 3,1% précédemment.